Angela Merkel inflige à l'Europe une leçon d'austérité

Par
80 milliards d'euros en quatre ans! Berlin a annoncé lundi un plan d'économies démesuré. Les pauvres sont les premiers visés. Mais le tabou de la hausse des impôts n'a pas sauté.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

80 milliards d'euros d'ici 2014! Angela Merkel a surpris son monde, lundi, en annonçant ce montant considérable d'économies budgétaires après un séminaire gouvernemental marathon. La chancelière avait tout intérêt à dramatiser l'instant. Empêtrée dans les errements d'une coalition gouvernementale chaotique, il lui fallait rassurer l'Allemagne conservatrice, inquiète de l'instabilité budgétaire et du fardeau de la dette pour les générations futures, dans un pays à la démographie sinistrée. Critiquée en Europe pour sa lenteur à gérer la crise grecque, elle entendait cette fois «montrer l'exemple» de l'orthodoxie budgétaire.