Ergenekon en Turquie : un vrai réseau, un procès raté

Par

Le dernier acte du procès du réseau Ergenekon a abouti, lundi 5 août, à la condamnation de 19 personnes à la prison à vie, sur les 275 poursuivies pour « complot » contre le gouvernement AKP. Perçue en 2008 comme l'affaire judiciaire qui allait « purger l’État de ce type d’organisation clandestine », le verdict, cinq ans plus tard, apparaît plutôt comme « une revanche politique ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pas moins de 275 personnes ont comparu devant la 13e chambre de la cour d'assises d'Istanbul, lundi 5 août 2013, pour « complot » contre le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan. L'audience a eu lieu dans la prison de Silivri à 60 km d'Istanbul. Cinq ans après le premier procès de 2008 pour des faits datant de 2007, nombre d'arrestations sont survenues entre-temps, contestées par les membres de l'opposition et des chercheurs, qui y voient une volonté du gouvernement AKP de se débarrasser de ses ennemis. Mais les choses ne sont pas si simples.