Ces crises qui engendrent la désunion européenne

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Robert Menasse semble  avoir  foi en  l’être humain  ... alors  que  ce  dernier  est manipulable  à souhait

bravo et merci à eux, il redorent un peu l'image des Français... Celle de la France est malheureusement salit pour longtemps je pense.

J’ai horreur de ce genre de formules creuses ou bien pensantes : limage de la France  est salie pour longtemps

ca na pas de sens , c’est une formule déjà entendue cent fois depuis 50 ans ! 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

et alors? Ca veut dire qu'on a plus le droit de le dire?

Pour moi elle a du sens, quand on a vécut 5 ans de Sarkozisme, ensuite Hollande et sa déchéance de nationalité, les envolée d'un Valls, et maintenant un Collomb plus bas que tout (on se souvient du soit disant "benchmarking" des immigrés).

Vous, votre horreur, ce n'est pas que nos ministres et présidents de la république reprennent le discours du FN, c'est que l'on vous mette devant la réalité du moment. Soit, on a chacun nos priorités.

Ne faîtes pas attention à ce qu'il dit ! Ce que vous dïtes est plus intéressant que le sien !

Une image (méconnue) de la France d'en haut : massacres de l'armée française au Cameroun, 1955-1971... Qu'en pense monsieur Homais ?

que L’image de la France des années 50 était plus salie que celle d’aujourd’hui, c’est exactement ce que je dis 

100% vacuité.

Comme au FN,  on s'insurge vis à vis des problèmes dans le vent (et que mentionnent l'article, ça aide bien, non ? ) et on a qu'une réflexion simplissime, des  éléments de langages bateaux à proposer ....

Complotiste,populiste, demeuré, propagande bas de gamme pour bas du front, choisissez, et surtout,  n'oubliez pas votez FN, lecteurs de mediapart 

 

Sortir de l'Europe des banksters, c'est pas bien grave, maintenant que la Russie est surarmée, on fera l'Europe avec les russes, ça nous changera. Il paraît que le bouclier antimissile américain est déjà obsolète avant d'être terminé, les russes nous protégeront contre le méchant M°Trump. Courage, les russes aiment bien la France et les français..............................d'ailleurs De Gaulle en a parlé dés le début................................

Merci!  J'ai été fonctionnaire à la Commission européenne (arrivé sous Delors c'était génial, une ambiance de travail fantastique, une coopération merveilleuse entre tous), puis les Etats ont repris la main, imposé l'élargissement, imposé des présidents de Commission sans envergure (pour ne pas dire plus).  Il y a eu l'épisode Cresson également. Tous le monde dans le personnel savait qu'on courait à la catastrophe.  Elle est là

vous ne connaissez rien (mais c'est normal tellement c'est devenu compliqué) au fonctionnement des institutions européennes.  Vrai que les élus ont peu de droit d'initiative, mais ils en ont.  C'est surtout vrai que les députés européens français battent tous les records d'absentéismes, quand ce n'est pas magouilles (FN).  Et vrai que ce sont les Etats (je ne sais pas si je doit mettre une majuscule) qui se sont appropriés tous les pouvoirs (avec unanimité à 27, vas-y!)

 

L'UE, (à laquelle j'ai beaucoup cru avant qu'elle grossisse bien trop) a été voulue, avant 1939, par des grosses fortunes anglo-étatsunisiennes qui se sont "payés" deux relais  toujours avant 1939, les deux soi-disant pères de l'Europe Schuman et Monnet.

C'était une bonne chose pour les "capitalistes" et leurs serviteurs, mais pas pour les petits, les sans grade , surtout  ceux de l'Europe initiale des six qui pâtissent maintenant des pauvres de l'Est.

En sus l'euro monnaie unique est une connerie, alors qu'à la rigueur l'euro monnaie commune pouvait s'avérait utile et bénéfique pour les défavorisés européens ......   honnêtes.

les Etats (je ne sais pas si je doit mettre une majuscule)

Excellente question totalement justifiée

 

Elle a perdu le Nord Elle a perdu le Nord

NON, c'est pas NOUS

C'est une minorité d'entre nous plus ou moins politico-financièrement cultivée et manipulée

Les traités sont contraignants sinon pourquoi les signerait-on ? Par ailleurs vous connaissez la CJUE ? La France a été condamné plusieurs fois pour non respect des directives mais non la commission n’a pas de pouvoir...

En fait ce qu’il faut, c’est défendre bec et ongle notre démocratie et retrouver une vraie liberté politique fertile, et ça ne peut pas se faire dans le cadre de l’Union Européenne.

Les peuples ne sont pas contents, et bien fabriquons en de nouveaux... Les catalans, les basques, etc. C’est marrant c’était exactement le projet des nazis pour affaiblir la Résistance. Alors je dis Frexit et vite.

Je suis stupéfait que certains ici évoquent un fréxit : quand on voit la déconfiture totale en Angleterre qu’est en train de devenir le Brexit, avec un gouvernement déchiré sans boussole et un parlement qui ne sait pas ce qu’il veut, des entreprises qui ne savent pas ou va le pays, faut être gonflé quand même...

*********

D'ou PLAN A , PLAN B !

Où ai-je écrit que l'Europe n'était pas technocratique ? J'ai simplement fait remarquer que l'Europe technocratique n'avait pas grand chose avoir avec la ratification du traité de Lisbonne qui est le fait du Président et de l'Assemblée nationale élus par les français. Ce sont donc les hommes politiques français qui sont responsables en premier lieu (le vote de Sarkozy en 2005  était bien connu des français et ceci n'a semble-t-il pas empêché qu'il soit élu en 2007).

Quant aux GOPE, je trouve bien la mention d'amendes possibles mais aucune trace d'amendes effectives pour non respect de celles-ci. Si vous avez des exemples concrets (pas une simple mention non sourcée) , je suis preneur ...

Enfin pour Juncker qui l'a choisi ?? L'Allemagne (Merkel) avec le soutien des pays du Nord de l'Europe ainsi que le PP dominé par les euro-députés allemands (au passage, le Parlement Européen doit désormais approuver cette nomination). Le choix du président de la commission est le fait du Conseil Européen, donc encore une fois des chefs d'Etats ... Vous auriez pu mentionner le cas Selmayr ce qui aurait été bien plus pertinent .. 

A aucun moment je n'ai écrit que l'Europe ne souffrait d'aucun problème de légitimité démocratique (bien au contraire). En revanche, la décrire comme toute puissante et aux mains de technocrates hors sol qui seraient responsables de tous les maux relève d'une vision totalement biaisée et fausse. Aujourd'hui, l'importance des institutions dans le processus de décision et bien moindre que celui des chefs d'Etats (comme le mentionne la citation dans mon précédent post).

" les Etats ont repris la main, imposé l'élargissement"

Oui, mais sans demander l'avis des peuples, il est peut être là le problème, en plus des banksters.

Une France de 60000000 d'habitants seule comme une grande face à des mastodontes comme la Chine, l'Inde, les USA..... vous pensez qu'elle sera un pays libre longtemps???

Les referendum, c'est toujours pareil , on vous pose une question mais suivant les circonstances vous répondez à tout autre chose....

N'importe quoi. C'est le nationalisme qui conduit à l'idéologie nazie. L'Europe, si elle était politique et non pas seulement économique, cela nous changerait des Etats dont chacun se croit le petit roi dans son coin....

Oui, mais elle ne l'est pas, et l'UE a bien été créée par un ancien Nazi, j'y suis pour rien moi.

***

 "puis les Etats ont repris la main"...

"Et vrai que ce sont les Etats (je ne sais pas si je doit mettre une majuscule) qui se sont appropriés tous les pouvoirs (avec unanimité à 27, vas-y!)"

Vous qui avez vécu cela de l'intérieur, à quel moment situez-vous cette reprise par les exécutifs nationaux (avec la montée du Conseil européen)? Traité d'Amsterdam? de Nice? Et quelle a été la contribution de nos gouvernements français à ce processus?

Merci.

"Le choix du président de la commission est le fait du Conseil Européen"...

Ce n'est plus tout à fait vrai. Si le choix de Juncker n'avait pas été validé par le Parlement, le Conseil aurait dû en "choisir" un autre.

Si cette pratique se confirme, notre regard sur le fonctionnement des institutions changera, sans que celles-ci aient été modifiées.

On pourra dire que le Conseil européen propose un président...

+1

***

Encore une fois, l'Europe c'est la même politique pour tous, sauf qu'on est pas un peuple européen. Allez dire a un allemand qu'il est espagnol au fond, ou a un français qu'il est d'abord européen. On a eu la coupe du monde comme preuve, perso j'ai pas vu de gens supporters pour "tous les peuples d'europe".

ça c'est de l'argument! L'exemple de la compétition exaltant le chauvinisme le plus débile. Vous auriez pu aller à Calais, vous auriez pu voir un peuple européen avec des gens de toutes nationalités aidant les migrants. Vous pourriez aller dans les universités, vous verriez le jeune peuple européen. quand à l'universalisme et l'internationalisme, ce sont juste des valeurs fondamentales de la gauche, contrairement à ce que la régression patriotarde veut nous faire croire aujourd'hui.

Pas l'internationalisme, le supranationalisme.

En effet , frexit c'est le seul moyen !

Malgré le fait de le répéter sur tous les toits, les GOPEs n'imposent toujours pas une politique économique aux états membres.

La seule règle en principe contraignante c'est les 3% de déficit, que la France n'a pas respecté pendant des années (cette année a été la première en dessous depuis des lustres) avec comme conséquence: absolument rien. 

 

 

quoique... pas contraignant ?

sous peine d'amendes... 4 000 000 000 d'euros, bah...

Forcément, une vidéo UPR, un mouvement qui a bâti son discours autour de cet argument (avec le fait que la CIA ait fait le 11 septembre et autres) c'est une bonne source d'info. Ca surpasse largement les avis des profs de droit européen par example. 

Sinon, vous avez des information  sur  le fait que Portugal, la France ou l'Italie payent des amendes car ils ne respectent pas les GOPE? 

Et pas une vidéo Egalité et Réconciliation hein

Ah? J'avais cru voir France 5 dans le coin en haut à droite, mais j'ai dû me tromper...

Les GOPE sont rédigés en application de l'article 121 du TFUE qui stipule : "[...) 2. Le Conseil, sur recommandation de la Commission, élabore un projet pour les grandes orientations des politiques économiques des États membres et de l’Union [...]".

Ce simple extrait fusille déjà le principe de "liberté des peuples à disposer d'eux mêmes".

Ces GOPEs sont une feuille de route adressés aux états membres pour se conformer aux règles des traités européens. Le non respect peut entrainer une condamnation par la CJUE. Les ajustements budgétaires demandés se font en application du 2-pack et du 6-pack, c'est pour cela que le gouvernement remet chaque année au conseil, tel un élève remettant sa copie à son maître, son programme annuel de réforme. Ce programme doit bien sûr être validé par la commission.

Par exemple lisez la page 160 du programme national de réforme 2015 (Annexe 4) intitulé : "Tableau de suivi de recommandations pays adressées à la France par le Conseil de l'Union Européenne". Vous y lirez dans le première colonne la recommandation, puis ensuite comment la France (à l'époque "de gauche") compte respecter ces engagements.

Pour rappel, la France a plusieurs fois été condamné par la CJUE par exemple ici, pour non respect des règles de concurrence ou encore ici pour ne pas avoir appliquer la directive OGM.

Oui on a dépassé la règle pendant 9 ans!!! Vous parlez d’une contrainte...la France fait ce qu’elle veut 

quant aux 60% de dettes sur le pib, on ne sait pas en quelle année on y reviendra..dans 10 ans? 

Vous mélanger tout d'une façon qui va finir par me faire croire que c'est à dessin.

1) J'ai regardé votre vidéo, en effet le contenu n'est pas produit par l'UPR mais apparrament par France 5. Mais en réalité, cette vidéo ne traite pas du tout des GOPE.

Le montage est fait de telle sorte que la personne interviewée est entrain de finir sa phrase sans qu'on ait le début. Ajoutez à cette absence volontaire le nom de la vidéo. on en déduit logiquement qu'il s'agit des GOPE. Sauf que non, malgré ce montage clairement intentionnel, l'esprit avisé se rend compte que la personne (et le reportage en général) parle en vérité de la règle des 3% (et des critères de convergence), qui est une disposition des traités, légalement contraignante, et qui  N'A RIEN A VOIR avec les GOPE. 

Il s'agit donc clairement d'un montage vidéo qui a pour but de désinformer. Je n'avais pas un très haut estime de l'UPR mais merci d'avoir partagé le contenu, je ne les pensais pas être intentionnellement malhonnête. Je suis prévenu.

2) Vous parler de condamnations de la France par la CJUE, c'est exacte l'UE marche ainsi les règles votés par les Etats-membres (via le Conseil) et le parlement sont juridiquement contraignante pour les états. Dans votre example la France n'a pas appliqué un text de loi voté au niveau européen (en l'occurence la "directive de 2001 sur le contrôle de la dissémination des OGM dans l'environnement"). Mais encore une fois ca n'a rien à voir avec les GOPE qui ne sont PAS légalement contraignants. 

3) Oui le pacte de stabilité et de croissance, le 6-pack, et les critères de convergence imposent des seuils aux états (limite à l'endettement, et stabilité des prix). La pratique c'est que ces derniers ne sont souvent pas respectés (ni par la France, ni par la Grèce avant la crise de l'euro etc) et qu'il n'y a jamais eu de sanctions ni amendes.

Mais on peut totalement avoir un débat intelligent sur la pertinence de ces règles et notamment de la plus problématique, celle des 3% de déficit. D'un coté cela est nécessaire si on a une monnaie commune car si un état fait banqueroute, tout les autres payent les frais. De l'autre cela empêche des relances Keynésiennes importantes à la faveur de mesures d'austérité violentes. Personnellement je suis du deuxième avis. Mais avouer que c'est rigolo de voir les souverainistes vent debout contre ces règles pour pouvoir emprunter de l'argent auprès des chinois et des allemands. 

Mais ca n'a toujours rien à voir avec les GOPEs. D'ailleurs c'est règles CONTRAIGNANTES sont pas pondues toute seule par la commission mais par le choix des états membres soit sous la forme de directives, soit sous la forme d'article de traités. 

 

PS: Sur les GOPE en tant que telles, ce sont des recommendations, comme le dit l'article 121 du TFUE :

Le Conseil, sur recommandation de la Commission, élabore un projet pour les grandes orientations des politiques économiques des États membres et de l'Union et en fait rapport au Conseil européen.

Le Conseil européen, sur la base du rapport du Conseil, débat d'une conclusion sur les grandes orientations des politiques économiques des États membres et de l'Union.

Sur la base de cette conclusion, le Conseil adopte une recommandation fixant ces grandes orientations. Le Conseil informe le Parlement européen de sa recommandation. 

Or comme l'indique le page wiki dédié aux GOPE, "En tant que recommandations, elles n’ont pas force de loi" aka personne n'est obligé de les suivres

Moi c'est la fin qui m'a touchée en plein cœur.

Un jour, toutes les provinces s’uniront dans une grande fraternité. Ce sera la République européenne.

Ça m'a tellement inspiré que j'ai écrit un poème sur des fleurs et l'amour dans la foulée.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Quand même ,quel gadin avec ses articles sur la Syrie !!

En fait et pour faire simple, posez vous cette question : si ces "recommandations" ne servent à rien, pourquoi sont-elles écrites ?

En fait, les traités sont rédigés non pas uniquement pour France mais également pour des pays dont la conception du droit est plus anglo-saxonne (principe également de droit international). Lorsqu'on parle de recommandation, il s'agit ici du principe du soft-law qu'on pourrait aussi appeler "pression des paires". Il s'agit d'agir dans l'intérêt général, ce qui leur donne, de facto et implicitement un caractère contraignant. Ainsi comme je l'écrivais ci-dessus, les GOPEs ne sont que les recommandations qui visent à appliquer les règles des traités qui elles sont contraignantes et auxquelles s'ajoutent les règles propre aux pays ayant adoptés l'euro.

D'ailleurs la meilleur preuve que ces GOPEs sont bien contraignantes, je vous renvoi à l'annexe 4 du PNR (Programme National de Réforme) élaboré par le gouvernement Hollande et ensuite soumis à l'approbation à la Commission Européenne qui peut demander au pays de revoir sa copie.

Je ne sais pas comment l'écrire mais notre appartenance à l'UE (et à l'euro) est bien contraignante. C'est à ça que servent les traités. C'est ainsi. Voilà pourquoi, notre souveraineté en tant que peuple libre, en clair notre démocratie, nous a été confisqué.

PS : ce n'est pas moi qui vous ai mis de lien vers une vidéo (france 5 ?).

La vidéo traite bien des GOPEs, d'ailleurs c'est écrit sur le document vers 1:47.

Les GOPE existent belles et biens mais je sais même pas si cela peut se qualifier de soft law. Mais du soft law, les états en reçoivent tous les jours: l'Israel et l'Arabie Saoudite au Conseil des droits de l'homme, la Russie et la Turquie par la Cour Européenne des Droits de l'Homme, etc,  On peut pas dire que ce soit très efficace. 

La seule force des GOPE c'est qu'ils se greffes sur des obligations légales contraignantes: les dispositives des traités et des directives qui sont elles contraignantes. Donc c'est une feuille de route pour vous mettre en règle. Mais si vous décidez que plutôt que déprivatiser ou de réduire les dépenses, vous taxez à fond, légalement vous risquez rien. 

D'ailleurs le Portugal a décidé de faire une relance Keynésienne (donc de ne pas suivre les GOPEs), hausse des dépenses publiques etc => cela marche => les comptes sont équilibrés => ni Bruxelles ni les autres états membres n'ont rien à dire et le Portugal respect toutes ces obligations europèennes. 

La vrai pression elle est économique, pas politique ou juridique. Le libre marché mais les états en concurrence: sans minima social les états avec des dépenses publiques (et donc des taxes hautes) sont désavantagé par rapport aux états avec moins de dépenses publiques (Ireland, même Allemagne) ou alors des dépenses importantes mais très efficace (le fameux model scandinave). 

Dans votre example sur Holland, c'est parce que la France était en infraction non par rapport au GOPE mais par rapport aux règles de frein à l'endettement (les fameux 3%).

Comme vous le rappelez, la différence est que les GOPEs émanent de l'application des traités. C'est pour ça que par exemple, les USA n'ont pas ratifiés le traité reconnaissant la CPI et ne risquent donc rien même si ce ceux les premiers à "obliger" des pays à y adhérer. L'adhésion à l'UE représente donc bien une contrainte démocratique. Ainsi puisque rien ne nous oblige (c'est le moins qu'on puisse dire, cf referendum de 2005) à être membre d'un club dont les règles ne nous conviennent pas pas, il me paraît plus sage de quitter le club plutôt que de forcer les autres membres du club à adopter les mêmes règles (nationalisme ?), surtout s'il faut l'unanimité pour changer les règles comme c'est le cas pour l'UE.

Comme vous le dites, les GOPEs sont une feuille de route pour qu'un pays se conforme aux traités. Ces traités concernent une multitude de secteurs pour lesquels les pays membres doivent se priver de souveraineté, c'est notamment le cas de la fiscalité. Ainsi la France ne peut par exemple pas avoir plus de 3 taux de TVA et aucun ne peut être inférieur à 5% et le taux concernant les biens et les services doit nécessairement être supérieur à 15%. Ce n'est qu'un exemple. Il ne s'agit pas ici de juger du bien fondé de ces dispositions mais de démontrer que nous ne sommes plus souverains sur ce domaine par exemple. Les privatisation de la SNCF, comme tous les services publics français, sont un autre exemple, la réforme du logement social (comme je l'exposais ici), etc. Encore une fois les traités sont une contrainte juridique. Le cadre structurel forme une contrainte économique et politique.

Pour ce qui est du Portugal,il a fait subir à son peuple des réformes très dures au point qu'il y avait un émigration massive. La relèvement de quelques minimaux sociaux a en quelque sorte permis de faire avaler la pilule aux portugais (qui n'a pas remis en cause les réformes passées). Dans la mesure où son gouvernement s'est engagé à faire baisser son déficit, il me paraît difficile d'appeler ça du keynésianisme d'autant que la commission européenne aurait renoncer à faire payer une amende au Portugal pour ne pas encourager un peuple de plus à quitter cette chimère dans le contexte du Brexit (ce n'est que du sursis à mon avis). Pour le reste le Portugal se veut aujourd'hui terre d'accueil pour stars venues économiser des impôts. Bref une vraie politique de gauche quoi...

Quoi qu'il en soit, la construction d'une structure supra-national (unique au monde) relève d'une atteinte aux droits fondamentaux qu'ont les peuples à disposer d'eux mêmes. Il est malheureux de voir tant de confusions (savamment entretenues) entre institutions de coopérations internationales (ONU, Conseil de l'Europe) et institution supra-nationale. Cette dernière est une prison des peuples dont il faut sortir le plus rapidement possible.

Bien à vous

On arrive presque à être d'accord !

Je suis globalement d'accord avec vous, en effet l'UE se base sur l'idée de mettre en commun un certain nombre de levier de décisions, donc oui cela représente des contraintes. Ajouter à cela qu'un marché commun et une monnaie commune force les états membres à se donner des règles pour que cela soit viable. A mon humble avis le problème vient plutôt d'un déficit de règles commune: la souveraineté de l'Irlande à avoir des taux d'impositions super faible, la manque de règles qui forcerait l'Allemagne a équilibrer sa balance commerciale etc. La question c'est de savoir si le jeu en vaut la chandelle. Et cela c'est à tout un chacun de se faire une opinion. 

Juste quels points encore:

1. Je parlais du Portugal suite à la nouvelle coalition en place, donc post austérité. Mais oui les forfaits fiscaux existent toujours.

2. Les règles que se sont donnés les pays membres obligent pas à privatiser la SNCF, même si la mise en concurrence met une certaine pression. Et comme beaucoup de chose, c'est des règles que nos élus ont décidés de mettre en place, avant de venir pleurer que c'est Bruxelles qui les imposent: rappel, pour qu'une telle règle soit mise ne vigueur, il faut que les états, voir les états + le parlement européen le plus souvent, les votent.

 3. Plus fondamentalement, déjà être membre de l'UE c'est une expression de la souveraineté des états (et donc des peuples), ils décident de rentrer, d'y rester ou d'en sortir (Brexit). S'il y avait une majorité durable en France pour sortir, la France sortirait. 

4. Mais surtout je pense que la question de la souveraineté est souvent très mal posée: on discute toujours une fiction juridique de la souveraineté telle que définit par quelques juristes libéraux. La souveraineté ne peux se résumer à quelque règles formels de droit. Le Costa Rica n'est pas plus souverain que la France, bien au contraire. Pareillement, beaucoup de juristes et politistes suisses estiment que la Suisse est moins souverain que la Belgique en réalité: on finit par appliquer les mêmes règles sans avoir été impliquée dans le processus de décision etc. C'est cette souveraineté réel au-delà de la fiction juridique que les britanniques vont découvrir quand ils vont finir par devoir appliquer des normes de l'UE sans avoir leur mot à dire dessus. 

1. -

2. La privatisation des services publics découle de l'application de l'article 106 du TFUE et non du parlement qui ne peut pas proposer de lois (d'où d'ailleurs l’absentéisme des parlementaires qui se font chier comme des rats morts la plupart du temps car sans pouvoir). Pour modifier cet article comme tous les autres d'ailleurs, il faut l'unanimité. Donc la France doit privatisé. Cet article retrace très bien l'historique des directives qui concerne la SNCF par exemple. La plupart des décisions contraignantes découlent de la commission européenne (dans mon travail au quotidien , je ne peux que hélas faire le même constat des règles qui viennent de Bruxelles et qui nous pénalise fortement). Cette dernière réunit en ses mains le pouvoir exécutif, législatif et même judiciaire avec les renvois devant la CJUE. Les 3 pouvoirs en une seule main, cela ne vous rappelle rien ? D'ailleurs, si nous avons perdu notre liberté législative, nous ne sommes plus maître non plus de notre politique monétaire (les décisions sont prises à Francfort) ni militaire du fait de notre adhésion à l'OTAN (c'est packagé avec le TUE - article 42)

3. Je ne suis pas d'accord. On a jamais demandé si les Français était pour voir leur démocratie disparaître pour avoir à la place un super-état dictatoriale. A la limite, le référendum de 2005 qui demandait aux français s'ils acceptaient le principe d'une constitution européenne (donc de faire peuple européen) est ce qui se rapproche le plus de cette question fondamentale. Et vous connaissez la réponse qu'a donné le peuple français. La raison est évidente, pas plus que les français ne voulaient être dominé par les allemands, les français ne veulent pas être soumis à une autre entité. Aucun peuple au monde ne le veut. En fait, nous réalisons ce travail de prise de conscience pour avoir cette majorité (qui est déjà là => cf référendum de 2005). Donc ok avec vous, débattons et faisons ce référendum.

4. De la même manière qu'on est pas à moitié enceinte, on est pas à moitié souverain autrement dit Libre. La France (étymologiquement pays des hommes libres) n'est aujourd'hui plus libre (comme vous le dites justement). Il est temps pour les français de retrouver leur liberté et d'entrer en résistance. Cela passe inéluctablement par un Frexit serein (donc en appliquant l'article 50 du TUE).

Pour ce qui est des normes, les britanniques vont se retrouver dans la même situation que tous les pays qui ne font pas partie de l'UE (c'est à dire la majorité des pays du monde). Où est le drame, la France qui exporte aux USA doit s'adapter aux normes US, la Chine s'adapte aux normes UE, etc. etc. c'est le jeu mondial. Quant à ces fameuses normes contraignantes (mais non protectrices), elles pèsent surtout sur les petites et moyennes entreprises. De plus rappelons nous que comme les articles des traités le stipule, toute restriction de mouvement de capitaux avec les pays de l'UE et les pays tiers (ici les britanniques) est interdite. Il faut dire que l'UE est une passoire qui ne nous protège absolument pas c'est tout le contraire.

Et puis de toute façon, les peuples (ni les élus d'ailleurs) ne sont absolument pas associés décisions de l'UE, c'est justement ce qu'on reproche au système et la raison pour laquelle il faut absolument qu'on sorte de cette prison esclavagiseante. Non franchement,je ne m'en fait pas du tous pour les britanniques qui non seulement vont au moins réaliser plus de 10 milliards d'économie par an (!) mais en plus ils vont retrouver leurs liberté et ça ça n'a pas de prix.

Français de tous bords, réunissons nous pour sortir de cette chimère technocratique et dictatoriale et retrouvons notre liberté. L'heure est venue d'entrer en résistance pour défendre ni plus ni moins que le grand dénominateur commun qui lie les français : notre démocratie.

laughing

On tombera pas d'accord et c'est très bien ainsi, mais je vais encore utiliser mon droit de réponse:

 

1. -

 

2. - Primo, j'ai l'article 106 devant les yeux et tout ce qu'il dit c'est : ouverture à la concurrence, comme je le disais de mon précédent commentaire. C'est loin de protéger le monopole d'état sur le rail on est d'accord, mais ca ne force pas à privatiser. Ce qui est d'ailleurs pas le cas en France comme vous l'aurez remarqué... enfin pour l'instant en tous cas.

Deusio, les textes européens n'ont valeur de lois que s'ils passent par le processus législatif européen, habituellement parlement européen + conseil (donc les états membres), parfois uniquement le conseil.

Donc la commission peut rien faire sans les états et les élus, comme on le voit dans l'article sur la question des quotas de réfugiés. Et il n'y a pas les trois pouvoirs dans une seul mains car même sur les domaines où l'Europe est compétente, il y a une sorte d'exécutif (Commission), de législatif (Parlement + états membres), et un pouvoir judiciaire indépendant des deux autres pouvoirs. Mais encore une fois, l'Europe est par conception un mix de souveraineté fédéralisée et de souveraineté laissée aux états, donc oui une partie des pouvoirs de décision se trouve au niveau européen, soit en intergouvernemental pure, soit en un mix de fédéral et d'intergouvernemental.

Tercio, oui vous avez raison, c'est la banque centrale européenne qui gère la politique monétaire de l'Euro et non plus la banque de France. Mais si vous regardez ce qui se passait avant, le France était déjà obligé de d'arrimer sa monnaie à un panier de devises. La Suisse a dû faire de même pendant plus de deux ans récemment. Quand à l'OTAN, je veux toujours à Sarko moi aussi. 

 

3. Oui il y a indéniablement eu une petite majorité contre le traité de constitution européenne. Mais la question était pas voulez-vous sortir de l'EU, et le camp du non pour l'extrême majorité rejetait les modalités du traités et non pas l'idée d'Union Européenne. 

 

4. Il s'agit là du désaccord de fond, je pense que justement cela n'a aucun sense de dire que la souveraineté on l'a ou on l'a pas. A ce moment là, en étant membre de l'ONU ou du traité sur la pêche à la baleine, vous vous soumettez à des obligations de droit international, et donc cela vous empêche d'être souverain. C'est certes un example par l'absurde, mais signer un traité avec d'autres états pour s'imposer des règles de coopération c'est justement utiliser sa souveraineté. Tout comme décider d'y rester, ou décider d'en sortir. 

La question c'est de savoir si un état est mieux avec un sens un certain accord. et c'est là que nous ne sommes pas d'accord. Mais ça ne fait pas de l'UE une dictature. Primo la commission peut rien faire toute seul, deusio, si on veut en sortir, on en sort comme le fond les britanniques. Bref on décide de ce qu'on fait selon ce qu'on pense être notre intérêt, c'est pas vraiment la définition d'une dictature. 

Bien à vous

****

Vous qui semblez si omnicient,  que pensent les européens ? 

Pays par pays, région par région ion, CSP par CSP, du nord, du sud, trolls cons ou non, et etc. . SVP

Allez, éclairez nous, au lieu de defequer ce genre de diatribes ineptes ne ressassant que vos obsessions  névrotiques dont vous nous affligez de manière ultra pedante à tir larigot, 365 jours par an (vous n'avez rien d'autre à faire, vous êtes payé par Plenel

Vous savez que si on vous pause la question de est-ce vous juger favorablement l'Union n'est pas équivalent à une question du type voulez vous quitter l'Europe.

A ma connaissence, Mr Asselinau n'a pas fait 61% au dernière présidentielle mais je me trompe peut-être

Nous avons quand même deux Présidents prestigieux qui sont persuadés que les Français voudraient sortir de l'UE si on leur posait la question : Sarkozy et Macron. Heureusement les "Insoumis" veillent et nous racontent qu'il ne faut pas poser la question aux Français parce qu'ils ne sont pas prêts.

Euro-austérité ou nazional-austérité, pour les austérisé.e.s c'est kif-kif, non ?

queselixeatroika

De l'air, de l'air, ouvrez les frontières !

@L'Empire : ça, ce n'est pas de l'Asselineau pur jus, mais peut-être me trompé-je ?

@MaisonGabas : vous avez la même en Gascon ?

Même score que vous en orthographe :-)

juste

Hélas non... Depuis que ce grand con de Charles VII nous a arraché.e.s à nos amis anglais, nous Aquitains sommes les fidèles mercenaires du Royaume de France : faut bien gagner sa croûte, diou biban ! smile

Pas mieux, tout est dit! Recommandé!

Cela ne risquait vu le temps d’antenne dont il a bénéficié.

"Heureusement les "Insoumis" veillent et nous racontent qu'il ne faut pas poser la question aux Français parce qu'ils ne sont pas prêts."

Hein?!? les insoumis veulent négocier avec l'Europe, et à la fin organiser un référendum pour savoir si oui ou non on signe. Je ne comprends pas le sens de votre phrase, vous pouvez développer?

Je ne fais que relater ce que me disent les Insoumis.

C'est peut être qu'avant de poser la question au Français, il faut lancer un débat pour peser le pour et le contre, et éviter de réagir à des émotions momentanée, ce qui, à mon sens, s'est passé pour le brexit.

Mais le programme insoumis, c'est la négociation avec l'UE, et ensuite organisation d'un référendum... Après, c'est la confiance qu'on peut avoir, nous citoyens, dans l'éxecution ou non de ce programme.

Il n'existe aucun débat à ce sujet pour préparer l'opinion. C'est l'UPR qui fait ce travail (expliquer le fonctionnement de l'UE, que pratiquement personne ne connaît). La FI propose avant tout l'introduction de nouveaux critères de convergence, sociaux et fiscaux, dans le TUE. Donc une UE encore plus contraignante. L'unique référendum qu'elle prévoit c'est pour approuver ou non la conclusion de la fameuse négociation où les 27 devraient se prononcer à l'unanimité. Bref, une perte de temps.

Tape fort le soleil en ce moment hein ?

Oui, vous avez raison, la FI n'est pas anti-européenne. Moi qui suis né en 85, je me sent Européen, et l'Europe telle qu'elle m'a été vendu, j'y crois.

Le problème, c'est le décalage entre les promesses et la réalité. Une UE qui écrase un peuple (les Grecs) au nom de principes économiques qui sont basé sur la foi, ça ne me convient plus, et je suis prêt à en sortir si elle ne change pas.

Elle est là la différence, en effet l'UPR c'est la sortie unilatérale de l'UE. La FI est prête à négocier, et après on décide ("on" étant le peuple). Vous êtes contre la construction européenne par principe, nous sommes contre CETTE construction européenne, et pour une autre construction européenne. LFI discute déjà avec des partenaires d'autres pays pour imaginer une autre Europe.

Pas besoin de déformer en disant que la FI ne souhaite ni en parler ni pas poser la question aux Français. Au lieu de dire que les autres disent n'importe quoi, défendez votre chapelle, les choses seront plus claires wink

C'est injuste d'imputer le tout à L'EU , les gouvernements y sont pour la plupart des misères ! Quand on parle du succes des pays de l'Europe du nord ,qui´était le résultat des réformes faites et celà n'était pas gratuit pour leur peuple ! En Allemagne sous le règne de Schröder le socialiste les réformes ont fait tellement de mal ,que beaucoup travaillent dans deux voire trois endroits différents pour faire joindre les deux bouts , n'oublions pas que l'Allemagne paie le plus pour l'union , et c'est injuste de la blâmer et c'est aussi l'Allemagne qui a ouvert ses frontières pour les refugiés , les Suédois aussi ! Il ne faut pas comparer l'incomparabe !

Vous avez le droit d'être un nostalgique de l'Europe de la Guerre froide, celle de Giscard et de Schmidt. Mais nous ne sommes plus dans le même contexte.

C'est vous qui suggériez plus haut de lancer un débat. Or il est clair que la FI ne veut pas expliquer comment fonctionne l'UE, sinon ce dévoilement ferait apparaître ce qu'il y a d'inacceptable dans l'idée européenne elle-même. C'est donc la République qui porte la responsabilité de la destruction de la démocratie dans le programme L'Avenir en commun (qui ne cite à aucun moment le rôle de la Commission européenne). Il s'agit d'un acte de foi effectivement.

Excusez moi, mais l'UPR a une façon assez fantaisiste d'expliquer l'Europe. Et le monde en général. Si quelqu'un explique correctement l'Europe dans le cas europhobe, c'est plutôt Philippot ou alors certain académiciens, mais pas la GOPE-obsession de M. Asselineau 

Pour mieux comprendre ce qui nous arrive et dépasser les querelles stériles des "pour" et des "contre" mieux vaut lire ce livre qui nous décille complètement, car franchement, le problème est bien au delà, maintenant :

bruno-latour-livre

 

 

"nostalgique de l'Europe de la Guerre froide, celle de Giscard et de Schmidt"

C'est tout à fait ça, j'avais 4 ans au moment de la chute du mur de Berlin, je dois être nostalgique de cette époque tongue-out

Non, je n'ai pas de nostalgie. Mais j'ai appris l'histoire, et ce qu'il s'est passé en Europe au milieu du 20e siècle, c'est pour éviter que ça recommence que l'on a crée l'Europe, en tout cas c'est comme ça qu'elle a été vendu. Je n'imagine pas que vous soyez contre cette idée. Moi c'est cela que je souhaite, une Europe de la coopération plutôt qu'une Europe de la guerre.

Et sur l'Europe, vous avez le droit de penser que LFI ne va pas assez loin, mais dire qu'elle ne veut rien expliquer, c'est juste que vous n'avez pas chercher :

https://laec.fr/chapitre/4/sortir-des-traites-européens

Dans la même veine que vous, je pourrais très bien vous rétorquer que l'UPR, une fois la sortie de l'Europe décidé, on ne sait pas ce qu'il se passera après. Quelle politique sera menées? C'est un peu court de dire sortons de l'Europe, ensuite on verra wink

A la différence de vous, je connais les deux programmes. J'ai même pondu un billet sur le "il faut sortir des traités européens".

Ce qu'on ne vous a pas dit manifestement, c'est que la paix en Europe n'a été possible que parce ce que le continent a été mis au pas par les armées américaines et soviétiques. Ca n'a rien voir avec le projet patronal et anticommuniste que fut la construction européenne.

+1

Ensuite nous aurons récupéré déjà notre SOUVERAINETÉ NATIONALE ET MONÉTAIRE et là tout est possible, ce sera enfin à nous tous de rebâtir comme après une guerre et c'est une guerre qui ne dit pas son nom une guerre des riches contre les pauvres !

 

Le refus de la gauche anti-européenne (voir commentaires supra) et de la gauche pro-européenne de trouver un compromis sur ce sujet et la division qui s'ensuit à gauche font que la droite (celle de Macron ou une autre) est sans doute au pouvoir pour un bout de temps…

 Bien joué…

 

 

 

Et à mon sens, suite à l'épisode grec et la mise en œuvre de la politique d'austérité qui a été imposée aux Grecs, on ne peu plus, aujourd'hui, se revendiquer de gauche et pro-européen.

Je suis un électeur de gauche, je ne voterai plus jamais pour un parti qui ne souhaite pas clairement et radicalement changer l'Europe, quitte à en sortir.

+ 1

Tous les partis disent qu'ils veulent changer l'Europe. Il ne faut jamais dire jamais. C'est la comédie de la radicalité.

Et, oui, nous voilà comme après le lendemain d'une fête complètement décillé.

Toutes les politiques réactionnaires, regressistes, anti-sociales nous viennent de la Commission européenne qui est la seule organisation à écrire les lois tandis que le parlement croupion vote ou ne vote pas celles-ci.

Et quand ce parlement d'opérette ne vote pas les lois proposées par la commission, des lobbies privés les réécrivent et les refont passer par divers moyens.

La privatisation des barrages français  ?  Cette absurdité sans nom ?...et bien, c'est là aussi une décision européenne et notre président aux ordres de la Commission et de Berlin va s'exécuter ! ... il va privatiser un secteur stratégique et un bien commun, l'eau... et ses capacités énergétiques faramineuses via les centrales hydroélectriques !

Voilà la réalité au delà du mythe !

 

 

Ces pays ont surtout été vu à court terme comme une opportunité par le capitalisme pour avoir à la fois des marchés nouveaux (leur came ) et de la main d'œuvre bon "marché" et opérationnelle à proximité

Où est la gauche là dedans et quelle gauche ? 

Seth Je suis content d’avoir vu un dinosaure comme vous qui croit encore que le socialisme réel était quelque chose de positif !!

C'est comme le capitalisme sauvage dont vous croyez où est la différence ?

Votre admiration pour le "Grand Charles" est quasi-totalement infondée.

Il a nettement plus  aimé et servi son idée de la France que les Français.

Entre autres demandez leur avis aux soldats survivants de Régane ou aux habitants survivants et peut-être en bonne santé d'îles proches de Mururoa. 

Aucune admiration, mais alors vraiment aucune ...

Ce n’est pas adorer quelqu’un que de le citer quand il dit quelque chose qui vous paraît intelligent et qui vous interpelle et surtout si le jugement est lapidaire.

Se cantonner à ne citer que ceux que l’on admire et ne lire que ceux qui disent exactement ce que l’on pense est une forme de suivisme et d’etroitesse d’esprit qui ne me convient pas.

La preuve c’est que je suis prêt à vous citer si un jour vous dites quelque chose d’intelligent !

Je crois que les pays d’Europe Occidentale n’ont accepté l’entrée de ces pays d’Europe orientale que pour faire un barrage contre la Russie. Mais ces pays d’Europe Occidentale ont oublié, ou voulu oublier que ces pays n’avaient presque jamais connu des systèmes démocratiques. La Pologne, jusqu’à la guerre de 1914, était partagée entre la Russie, l’Allemagne et l’Autriche, des pays qui ignoraient la démocratie. Quand la Pologne, devenue indépendante en 1920, fût dirigée par le Maréchal Pildzuski et par Ryst-Smycly, qui avaient instauré un dictature qui s’appuyait sur l’Eglise, toute puissante, mais cet Etat était soutenu par la France et l’Angleterre, car elle constituait un rempart contre l’URSS. La Hongrie, devenue indépendante après la fin de la guerre, fût dirigée par l’Amiral Horthy, qui alla jusqu’à soutenir Hitler. La Roumanie, qui avait un roi, Carol, mais était dirigée par le Maréchal Antonescu qui alla jusqu’à fournir des troupes à Hitler lors de l’invasion de l’URSS. L’Autriche acclama l’armée allemande lors de l’Anschluss, et participa à la guerre contre l’URSS. Alors, que pouvez-vous espérer  de ces pays ?

Du fait que la France a elle-même eu un certain nombre de gouvernements dictatoriaux, nous pouvons espérer beaucoup de ces pays et de leurs jeunesses !

Aucun pays sur la Terre n'est condamné à répéter son histoire.

 

ces pays n’avaient presque jamais connu des systèmes démocratiques. 

On aura beau dire, on aura beau faire « Dès que nous disons le mot « démocratie » pour nommer notre mode de gouvernement qu’il soit américain, allemand ou français, nous mentons. La démocratie ne peut jamais être qu’une idée régulatrice, une belle idée dont nous baptisons promptement des pratiques très diverses. Nous en sommes loin, mais encore faut-il le savoir et le dire. » (A.E)  

Et l'URSS collabora avec l'armée allemande pour se partager la Pologne, que pouvez vous espérer de la Russie ?

On a cru bien faire d'intégrer les pays de l'Europe de l'est à l'Union Européenne et l'Otan par dessus le marché pour barrer la route aux Russes , ce que les Américains désiraient pour faire d'eux leur cheval de Troie ! Avec des amis comme l'Amérique on n'a pas besoin d'ennemis !

La sécu c'est largement en marche et à toute blinde !

oui et non, il reste un espoir ténu, il est vrai.  Mais le problème (c'est qu'à part Merkel, très affaiblie politiquement), tous les autres chefs d'Etat ou de gouvernement (sauf Espagne, Portugal???) sont aux ordres ds banques

 

Stupéfaite de ne pas lire le mot climat dans ce long article. Environnement est mentionné 2 fois, dont une par une interviewée.

Ne serait ce pas un problème majeur de désunion ?

Ah le climat ! Le serpent de mer à toute les sauces ! C'est le capitalisme sauvage qui détruit notre environnement ainsi que nous mêmes , en sortant de l'UE de l'euro et de l'OTAN on lui porte déjà un coup assez décisif, ça ne suffira pas, mais c'est un premier pas capital pour aller plus loin.

Conjonction des crises ?

Ah non. Juste incompréhension des peuples.

Les traités européens imposent aux pays membres une politiques de droite. Ceci n'a été possible que par le ralliement de la social-démocratie européenne au programme des droites européennes, social-démocratie suivie sur ce plan par la plupart des écologistes. Ne jamais oublier que le gouvernement européen "de gauche" le plus anti-social depuis 2000 a été le gouvernement Schroeder, soutenu par les Grünen allemands, que dis-je soutenu...co-dirigé!

L'Europe s'est construite depuis l'origine sur la base de l'adhésion à des dogmes économiques libéraux, devenant clairement de plus en plus intransigeants et indépassables, d'un sectarisme inouï, quasi constitutionnalisés, au fur et à mesure que les traités et la monnaie unique ont été imposés. La droite et le grand patronat, notamment français, y ont vu un moyen d'une efficacité inespérée pour empêcher une politique contraire à leurs intérêts et préjugés.

Cette Europe-là, il faudra lui désobéir, imposer un rapport de force, international certainement, qui permettra de s'en détacher, n'en déplaise à tous nos européistes de "gôche". Je crois qu'il n' y a pas d'autre perspectives et que l'impopularité de l' Europe telle qu'elle existe deviendra bientôt, je l'espère, si forte, que le temps d'un grand chambardement viendra. Enfin, rien n'est joué...

 

 

 

 

 

 

 

Que des méchants quoi?

bouh les vilains! 

Et alors FREXIT ou "Mélanchonisme" béat et "tsiprassisant"?

Ah tiens un "mélenchoniste" béat! Non, désobéir à l'UE est une idiotie et impossible par contre en sortir légalement par l'article 50, ça, il n'y a pas de problème renseignez vous ;

UPR.fr

L'UE c'est un peu comme l'ancienne URSS ou l'ancienne Yougoslavie, une union superficielle.

L'UE n'est fondé que sur les intérêts des marchands, des riches et des USA (OTAN). Rien de ce qui est fait ne repose sur les peuples, socles de toute union digne de ce nom

Les conduites de Trump actuelles montrent bien à quel point l'UE n'est qu'un vassal des USA. L'UE a été faite pour contrer le bloc soviétique (cela prouve bien que l'UE a été guidée pa rles intérêts US d'abord). A partir du moment où ce bloc a disparu, l'UE n'a plus aucune raison d'être. On ne fera plus corire à personne que la Russie va venir envahir le continent européen

Il est temps de faire des Unions régionales, plus basées sur les peuples qui ont vraiment envie d'évoluer ensemble et non une Union de façade qui ne fait que diviser

 

Ah oui les fameuses euro régions?

https://www.ouest-france.fr/bretagne/vers-une-euroregion-bretagne-et-pays-de-galles-5904071

Ca ne va rien changer du tout, vous serez sous la tutelle de bruxelles.

Les riches...ici on en parle beaucoup, c’est qui exactement? 

Nuance ! La Yougoslavie n'était pas superficielle , on l'a tout simplement disloquée parce que on ne voulait pas de cette expérience réussie il fallait l'abattre ! Ce qu'on essaie de faire avec l'UE, je crois qu'on aurait du fil à retordre !!!

Elle sest disloquée toute seule dès lke décès de son grand leader socialiste ...

Un autre Mélenchoniste béat bla-bla! En sortir c'est tellement plus simple et plus radical !

***

Exactement les européistes: regardez en face vos échecs et surtout mettez vous ça dans le crâne: mon peuple va reprendre son destin en main . Et si vous vous avisiez de l'empêcher, ça va mal finir pour vous...

Il n'existe pas votre "peuple"

Le peuple français est un mythe de plus.

Vous êtes Thatchérien ? L'ancienne première ministre britannique ne croyait qu'a sa classe - les riches - et elle colportait l'idée que la société n'existait pas, qu'il n'y avait que des intérêts particuliers et des multinationales. 

Vous l'accréditez ?

Le dit "peuple" ne saurait avoir d'essence immuable, c'est historiquement évident car il n'a cessé de changer au cours des millénaires, mais s'il n'est qu'une fiction transitoire en perpétuelle transformation, il faut tout de même tenter de le penser politiquement.

Une fiction, cela se construit. Toutes les réalisatrices et les réalisateurs de cinéma vous le diront. Les écrivains aussi. C'est un travail sérieux. Il me semble nécessaire politiquement oui, de construire une image d'un " peuple " à un moment " t",  pour accéder au gouvernement représentatif.

Si vous ne construisez pas une représentation du peuple dans laquelle chacune et chacune se reconnaitra à divers degrés, vous pourrez toujours attendre la fin des temps pour accéder au pouvoir et faire en sorte de renverser la vapeur néfaste et permettre un changement de politique.

 

"Votre peuple"? Depuis quand le peuple vous appartient-il? Si reprendre son destin en main, c'est se laisser avoir par les conspi franchouillards et régressifs frontiéristes de tous poils, c'est le peuple des jeunes de ce pays qui ne laissera jamais faire les fachos en herbe avec leurs menaces dérisoires.

Donc, pour vous " le peuple français "  n'existe pas... ou alors vous considérez qu'il est toujours rempli de crapules ?

Eclairez-moi, je ne comprends pas.

 

 

Reprendre son destin en main convient à virer du gouvernement par des élections les personnes qui à mon sens menacent notre avenir.

Votre argumentation est plein de biais emotionelles et tranchants malheureusement pour vous ici, ça ne prends pas.

Mais comment ferrez vous quand malgré tout vos espoirs une crise monétaire va intervenir avec une explosion de l'euro, la ruine de nombreux épargnants?

Le peuple des jeunes ca veux rien dire, et franchement les partisans de l'union européenne actuelles c'est une minorité qui devra un jour rendre des comptes.

Non cher monsieur, la construction européenne va devoir être questionné et peux être se terminner. Tant pis pour vous si ça ne vous plaît pas et puis si vous avez des vus putchistes, allez prendre un aller simple en ukraine ou vous irez vous enroler dans l'armée nostalgique du reich allemand.

Regardez d'ailleurs ce que ça à donné l'euro maïdan en ukraine: effondrement economique, demographique industrielle sous fond de tensions ethniques, religieuses et historiques. Vous voulez ça en France ?

Frontieristes? Dites Monsieur vous avez réfléchi aux possibilités qui s'offrait via la francophonie 4ème langue mondiale?

Je laisserai jamais une petite fraction qui se croit trop supérieur et imbu de sa personne pour ne pas regarder en face ses erreurs continuer de mettre à mal le destin de la France. Si c'est pas moi, ce seront les générations futures qui vous demanderont pour quels raisons nos joyaux industriels, nos services publiques, notre culture, notre art de vivre ont été sacrifiés sur l'autel de l'union européenne et de l'euro.

La démocratie que l’on détruit,..



La démocratie que l’on oublie,

La démocratie que l’on démolit,...
La démocratie que l’on ruine,...
La démocratie que l’on embobine,...

La démocratie !



Avec l’Europe,... fuient les responsabilités
Politiques jamais sujet à culpabilité,

Ce n’est pas moi,.. c’est l’Europe,...

Ce n’est pas nous,... c’est l’Europe,...
C’est l’Europe !



On détruit les pouvoirs de l’État,..
Ton pré, ton champ,... n’est plus à toi,

Immigrants, immigrés,... tu ne fais plus loi,
Même avec ta voix,.. ami, tu n’as plus le choix !

Le choix !

La démocratie,... est vérolée,...

La démocratie,.. est infectée,...

La démocratie,... est ravagée,..

La démocratie,... est infestée,...

La démocratie,...



Quand les frontières de ton État se délitent,
C’est ta démocratie, que l’on abolit,..
Quand ses chefs jamais ne participent au sacrifice,

Elle poussent le peuple au précipice !...

Au précipice ... !



Quand l’État vend son patrimoine collectif,

Qu’il offre ses biens au spéculatif,

Demain,... aussi le socio-éducatif,
Nos politiques,... sont des escogriffes,...

Des escogriffes !


Démocratie,.. démocratie tu pars en coui..es,..
Politiques ne sont que suites de magouilles,

Au nom de la mondialisation,.. ils te dépouillent,
Je clame haut et fort, signe,... ce sont des pedzouilles,..

Des pedzouilles !...



L’Europe est une déstabilisation nationale,
Précarisation des responsabilités nationales,
Nos politiques sont les chantres de l’onanisme,

Face au miroir,.... les trouvères de l’hermaphrodisme,...

L’hermaphrodisme !...

Pourquoi sont-ils favorables aux Bac zéro défaut,

A la masse, au peuple les télé-réalités,

Intelligence et ‘réfléchissement’ aux caniveaux,...

La culture des uns,... ne fait pas même jeu des facultés....

Des facultés ... !



Ami,.. ami !

A chaque élection,.. comme Sarkozy
Avec le traité de Lisbonne soumis,...

Les Hollande, les Macron,... te prennent pour un con,...

La Démocratie, à chaque élection,.. se rapproche du fond,..

Du fond ... !



Mais ami(s),... tu n’es toujours pas obligé de me croire,.. à me suivre,... ou pas ! Ou pas !

Christian le 8 août 2018...

Si l’on replace les choses dans le temps long, il faut reconnaître que les cadres institutionnels de l’UE sont solides : comme les barreaux d'une cage ?

Nouvelles réjouissantes : les rédactions de l'obs internet, et d'autres organes, sont abandonnées durant l'été aux stagiaires "de gauche": la surpopulation pénitentiaire à Fleury-Mérogis, les violences policières à Calais, le procès du Glyphosate, les confidences et témoignages d'amitié et de servilité du préfet Delpuech à la barbouze Benalla, les orages et la canicule qui paralysent une SNCF "au bord de la crise de nerfs", l'esclavage des migrants, bon, la mort de Murakami, et le "comment jouissez-vous", spécialité lacanienne de l'Obs, mais on sent un "turn" éditorial ? un emballement à la pré-RTL 68 ? Les 100 000 non inscrits de la nouvelle loi électronique de sélection, l'effet sas parking des solutions précaires d'emplois-revenus, pour chacune des strates de 20 à 40 ans, le reliquat incompressible d'armée de réserves disponibles, la disponibilité croissante des franges "rentées" de la population, des handicapés aux retraités.

Encore parler de "crises" pour cette évolution naturelle de la CE est une grille de lecture dépassée. C'est la conséquence de l'abandon des peuples et des politiciens aux désirs du capitalisme financier. De plus oublier dans cette litanie la catastrophe écologiste est un anachronisme.

Effectivement, la catastrophe écologique, climatique, et environnementale imminente est celle qui résoudra toutes les autres... par le bas. Mais le capitalisme financier néolibéral est devenu un monstre exterminateur qui s'auto nourrit des humains qui l'adorent. L'UE s'est empressée de servir le monstre avec délectation.

+

" De plus oublier dans cette litanie la catastrophe écologiste est un anachronisme."

Bien d'accord avec vous. (Voir le livre ci-dessus de M.Bruno Latour).

Pourquoi quelqu'un qui annonce une catastrophe devrait être davantage pris au sérieux qu'un autre ?

Nous ne parlons pas ici de "prophète " ni de " cassandre ",  nous parlons ici de personnalités scientifiques dont le travail est reconnu internationalement par la communauté scientifique.

Nous ne sommes pas dans le récit mythologique, nous sommes au cœur des faits.

 

La question n'est pas le travail scientifique, qui est toujours réfutable. Le problème est surtout que l'écologie politique, qui est un dogme, s'érige en science.

Bon, je ne rajoute rien à cela. Votre croyance en vaut bien une autre. La foi ne se discute pas.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Loi de blocage des sanctions américaines : les entreprises européennes entre le marteau et l'enclume

Les entreprises européennes installées en Iran se retrouvent coincées dans un véritable étau : si elles décident de respecter les sanctions mises en place par les Etats-Unis, elles s'exposent en retour à des sanctions de l'Union européenne.

Pour inciter les entreprises européennes à ne pas se conformer aux sanctions américaines en Iran, dont un premier volet est entré en vigueur le 7 août, l'Union européenne (UE) brandit à son tour une menace financière à leur encontre.

«Si les entreprises européennes respectent les sanctions secondaires américaines, elles seront en retour, sanctionnées par l'UE», a ainsi déclaré Nathalie Tocci, conseillère du chef de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini et directrice de l'Istituto Affari Internazionali, lors d'une interview à la BBC Radio 4 le 6 août, dans des propos rapportés par NBC. Selon Nathalie Tocci, cette initiative montrera aux Iraniens que les Européens ont l'intention de se battre pour maintenir l'accord sur le  nucléaire de 2015, dont les Etats-Unis se sont unilatéralement retirés.

Regrettant la décision de Washington de rétablir des sanctions contre l'Iran, l'UE a annoncé le 6 août l'entrée en vigueur d'une législation à destination des entreprises européennes présentes dans le pays, dite loi de «blocage». Celle-ci avait été été adoptée par l'Union en 1996 pour contourner les sanctions américaines contre Cuba, la Libye et l'Iran, mais n'avait jamais été utilisée. Son actualisation a été approuvée par les ministres des Affaires étrangères de l'UE le 16 juillet. Elle interdit aux entreprises européennes de se conformer aux effets extraterritoriaux des sanctions américaines, sous peine de pénalités fixées par chaque Etat membre.

De son côté, le président américain Donald Trump a été très clair sur ce qui attendait les entreprises qui décideraient d'outrepasser les sanctions imposées par Washington :  «Quiconque commercera avec l'Iran ne commercera pas avec les Etats-Unis. Je demande la paix mondiale, rien de moins !»

https://francais.rt.com/economie/53246-loi-blocage-sanctions-americaines-entreprises-europeennes-entre-marteau-et-enclume

Encore une illuminée . Pauvre Amélie

Bonjour, 

Je suis Libano-Canadien et non Européen, mais pour que la mondialisation ait un sens, elle doit inclure le droit à la parole de tous les citoyens du monde dont elle affecte forcément la vie. J'ai longtemps considéré l'Europe comme l'exemple à suivre pour les droits de l'homme, la sécurité alimentaire, la protection du citoyen, la politique sociale...

Ma perception de l'Europe a sans doute exagéré mes espérances d'un modèle social et économique à suivre. L'Europe sociale devait être l"aboutissement, peut-être même la raison d'être, d'une Europe économiquement forte qui pouvait s'imposer comme un exemple aux autres démocraties occidentales.

Il n'en  rien été. L'Europe aujourd'hui gravite autour d'une Allemagne réputée prospère, où les inégalités sociales sont criantes entretenues par une population vieillie accrochée au statu quo pour sauvegarder son niveau de vie, peu importent les souffrances infligées à ses autres partenaires. Ce ne sont pas les Grecs qui me démentiraient. Les autres pays qui forment l'Europe, principalement la France, deuxièmement économie européenne, n'ont qu'un rôle de seconds couteaux quand il ne sont pas économiquement dépendants de l'Allemagne, comme les pays d'Europe Centrale.

L'Europe prétend dresser une liste noire des pays accusés de blanchir l'argent mafieux. Est-ce un moindre crime que l'évasion fiscale, autrement appelée optimisation, qui appauvrit les couvertures sociales, les projets culturels, la formation et l'insertion des individus, la lutte contre le crime et le terrorisme et favorise encore plus les inégalités? Elle serait plus crédible si elle nettoyait dans sa propre cour en ajoutant à ses listes l'Irlande, le Luxembourg, Malte et même des entités réputées indépendantes comme les îles Jersey et Man. Je crois qu'elle devrait commencer par arrêter de faire une prude différence, d'ailleurs purement sémantique bien que légalement établie, entre Optimisation et Évasion fiscale. D'ailleurs, que valent les lois quand elles sont écrites par ceux-là même qui en profitent. 

Toute à sa prospérité économique et à l'enrichissement de ses multinationales, l'Europe en a oublié de protéger une souveraineté que son poids démographique et sa puissance économique lui conféraient. Les traités qu'elle signe ne valent qui si elle peut en imposer les modalités à tous ses partenaires. Les accords de Paris sur l'Environnement, le traité de non-prolifération nucléaire avec l'Iran offrent un constat malheureux de la valeur des accords validés par l'Europe. Dans le dernier cas, elle n'a même pas réussi à protéger ses multinationales. Il faut dire que Siemens était moins engagé que Total.

Peut-on parler d'Europe quand il y en a tellement, quand beaucoup de ceux qui la forment ne se sentent pas liés par ses statuts? Il y a l'Europe de l'Allemagne et des ses satellites, l'Europe qui gesticule pour essayer de garder un petit rôle, l'Europe qui veut être européenne à ses propres conditions, sinon... L'Europe qui baisse la tête parce qu'elle n'a pas le choix.

Peut-être que le renouveau européen a besoin de ce chaos, de ces ambitions débridées, de ces soft-dictatures des multinationales, d'un ou deux Exit supplémentaires, de la réélection du Président Trump, d'une Chine puissance de premier plan et d'une Russie à haute résilience pour muter. Quoiqu'il en soit, l'état actuel de l'Europe, si éloigné de ses idéaux, ne peut pas aller bien loin.

 

Il est temps que cela cesse oui car les peuples n'en peuvent plus !

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

J'ai interviewé Aurélie Trouvé, Jean-Yves Potel et Laurent Warlouzet par téléphone les 17 et 18 juillet 2018.

Les autres citations sont tirées de mes reportages en Hongrie réalisés en juin, que l'on peut retrouver ici.