Barroso à Goldman Sachs: Juncker sommé de s’expliquer

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

La Commission  est préoccupée, le cas Barroso pose problème ?

Après le cas Schröder, pourquoi jouent’ils la comedie, après le Brexit ils sont a poil.     

Pour l'instant, il n'y a pas de brexit. May godaille dans le ni oui, ni non depuis son arrivée à downing st.

C'est la valse hésitation, sans doute pour rejeter la décision du peuple comme d'habitude. Quand j'avance, tu recules, etc, etc...

Choisir une remain pour mettre en place le leave... c'est pas gagné.

 

Plutôt 140 ans d'avance, même 144 ans. C'est le 30 janvier 1649 que le roi Charles 1er d'Angleterre s'est fait couper la tête, après une suite de péripéties qu'il faut bien appeler révolution.

  • Nouveau
  • 07/09/2016 18:27
  • Par

Quand on a eu l'occasion de voir l'état des pays d'Europe jusqu'au début des années 60 on ne peut évidemment qu'appeler de ses voeux un retour aux situations admirables de cette époque bénie. Il ne faudra pas bien longtemps pour que les vieux prurits guerriers ne nous reprennent. Le langage militaire est de nouveau très prisé et on a désormais aussi une pratique de plus en plus développée de la recherche du bouc émissaire. Ah une bonne guerre avec nos voisins germains!!!

Certes, l'Europe, qui était une belle idée, est aujourd'hui galvaudée et livrée aux marchands du temple. Irons-nous tellement mieux quand nous en serons sortis? Est-ce que la classe politique qui nous dirige, par un merveilleux miracle, deviendra soudain vertueuse, à l'abris de nos frontières ligne Maginot ...?

On pourrait revenir à des entités beaucoup plus réduites, le duché, le quartier, le canton. On appellerait ça le nouveau moyen âge.

Pas besoin de chercher l'énemi à l'extérieur, maintenant nous l'avons à l'intérieur ;-).

Quand à la "fragmentation", elle est en cours ! Et il est très probable que nous en revenions effectivement à de "petits territoires". D'ailleurs, des mouvements dans ce sens apparaissent chez la plupart des voisins de la France :-).

Et si l'on regarde la glorieux modèle de nos Elites, la sainte Amérique, certains Etats ont des fourmis dans les jambes.

P.S. : Mais il est également possible que cela se termine par des "fragments" corporatistes appartenant à de gros conglomérats sur le modèle des Zaibatsu japonais, imaginons un Facebook/google/etc land, un Apple Land, etc .... :-p.

Voila pourquoi on ne peut laisser l'idée de sortie de l'UE aux nationalistes.

Certes, l'Europe, qui était une belle idée

que les US, asservissent le continent européen était une belle idée, pour vous ? Incertain

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Ne pas oublier que plus une charogne pue, plus elle attire les "vautours et les chacals", nous devrions bientôt retrouver Mosco et Macron "minus" chez GS ou dans une autre banque gérée par des banksters. Junker devait être atteint d'anosmie pour rater une telle opportunité, ou GS l'a considéré comme trop insignifiant pour le recruter directement dans un premier temps.

Idem pour l'ONU et ses multiples filiales !

On peut le voir comme ça. Ou comme le début d'une prise de conscience et d'un infléchissement. Certes bien trop tardif et probablement très limité. Mais bon...

  • Nouveau
  • 07/09/2016 19:59
  • Par

Pourquoi ne pourraient-ils pas interdire aux fonctionnaires européens d'être en contact avec d'anciens fonctionnaires haut placés de la Commission. Si c'est possible, Barroso ne garderait pas longtemps son job.

https://www.change.org/p/pour-des-mesures-fortes-et-exemplaires-contre-jm-barroso-pour-avoir-rejoint-goldman-sachs?recruiter=559702781&utm_source=petitions_show_components_action_panel_wrapper&utm_medium=copylink

parce que ceux qui font les lois, ne sont pas mazos.

  • Nouveau
  • 07/09/2016 21:22
  • Par

...c'est même en effet la seule chose qui soit certaine dans cette élection de 2017 : le président (la présidente) prendra ses ordres à Bruxelles, au MEDEF, et chez Goldman Sachs.

 

les privilèges des 1, s’établissent au détriment des droits de la majorité, en Europe, en France et partout ailleurs.

https://www.change.org/p/manuel-valls-avez-vous-confiance-dans-la-r%C3%A9publique-nous-plus-du-tout

Mercis Ludovic Lamant pour cet article de suivi.

L'argumentation de l'actuelle commission est certes fort courte, et totalement irrecevable. Une impunité organisée, serait caution directe, à des pratiques éhontées, certes usuelles, mais non moins inacceptables, des "sieurs" barrosés et moult consorts. NOT in OUR NAME !

hers collègues, poursuit Mendès France, il m’est arrivé souvent de recommander plus de rigueur dans notre gestion économique. Mais je ne suis pas résigné, je vous l’avoue, à en faire juge un aréopage européen dans lequel règne un esprit qui est loin d’être le nôtre. Sur ce point, je mets le gouvernement en garde : nous ne pouvons pas nous laisser dépouiller de notre liberté de décision dans des matières qui touchent d’aussi près notre conception même du progrès et de la justice sociale ; les suites peuvent en être trop graves du point de vue social comme du point de vue politique.

« Prenons-y bien garde aussi : le mécanisme une fois mis en marche, nous ne pourrons plus l’arrêter. (…) Nous ne pourrons plus nous dégager. Nous serons entièrement assujettis aux décisions de l’autorité supranationale devant laquelle, si notre situation est trop mauvaise, nous serons condamnés à venir quémander des dérogations et des exemptions, qu’elle ne nous accordera pas, soyez-en assurés, sans contreparties et sans conditions. »

A méditer.

ça sert à quoi une pétition ? Rigolant

Ce n'est pas parce que l'on demande son avis à quelqu'un que ce n'est pas du grand n'importe quoi. Un ancien commissaire ne peut être interdit d'activités c'est quand même la première des évidences. Demandez des comptes à Chirac, a Raffarin sur ce choix burlesque. Que Barroso travaille pour GS ou un autre ne change rien, la seule façon d'agir c'est de faire comprendre à GS qu'aucun gouvernement ne prendra la banque comme conseil avec Barroso. Le problème ce n'est pas de faire renoncer Barroso mais plutot de faire renoncer GS.
  • Nouveau
  • 08/09/2016 08:53
  • Par

Il faudrait idéalement annuler toute retraite ou pension à Barroso et annuler toutes les décisions prises par la CE sous Barroso du fait qu'elles sont entachées de l'influence de Goldman Sachs

En effet , le problème n'est pas de faire un exemple avec telle ou telle personne, l'une remplacera l'autre et les corruptions au niveau national des états européens, en suisse ou autres paradis fiscaux, sont tout aussi tangibles.

Rejeter l'Europe en bloc plutôt que d'essayer de l'assainir ? pour mettre quoi à la place ?

Il s'agit de prendre des mesures pour éviter la corruption des hauts fonctionnaires européens. Le désastre économique en Grèce, la crise "bancaire" à Chypre, le maintien des activités de banques corrompues et de leurs sales compensations (l'affaire de fond de CLEARSTREAM), tout indique que les établissements financiers de 1er ordre n'ont cure des peuples européens et de leurs démocraties.

Il s'agit de prendre des mesures pour éviter la corruption des hauts fonctionnaires européens.
la création même de la fondation de l'UE, est entachée de corruption. les hauts fonctionnaires n'en sont que les rejetons.

Rejeter l'Europe en bloc plutôt que d'essayer de l'assainir ?
vous voulez assainir une organisation mafieuse ? éliminer, vous voulez dire, non ?

 pour mettre quoi à la place ?
rien

  • Nouveau
  • 08/09/2016 09:08
  • Par

D'abord un Portugais , dont l'intelligence égale celle d'un pied englué dans la vase . Ensuite un Luxembourgeois , initiateur et organisateur du scandaleux Paradis fiscal dudit Luxembourg , instauré dans le but de vivre en parasite sur l'économie de ses voisins en les spoliant de leur labeur....Question : Pourquoi donc toujours nommer à la tête de l'Europe des " imbécilles " dont l'ncapacité se double d'un virulent mépris pour les peuples qui la compose ? Mystère ? Non , pas tout à fait , l'Europe doit rester " un concept " , ne pas devenir une réalité , l'Allemagne et la France y veillent.....chacune avec son " Blaireau " n'est-ce pas ?

SVP signons tous la pétition pour que l' Europe amorce ou tente d'amorcer une sortie de sa dépendance à l'égard du grand capital.

Et meme si je reve, et que cela est impossible, au moins mettre les Barroso et Juncker en face de leur duplicité.

«Question : Pourquoi donc toujours nommer à la tête de l'Europe des " imbécilles " dont l'ncapacité se double d'un virulent mépris pour les peuples qui la compose ? Mystère ?»

Pourquoi dites-vous imbéciles ? Ce serait tellement mieux de dire, pourquoi l'Europe se trouve-t-elle inévitablement dirigée par cette engeance ordo-libérale ? De Barnier à Lamy, de Barroso à Junker, de Schröder à Merkel…?

Voilà la vraie question et qui mérite une excplication politique : Parce que la majorité des gens votent à droite et que quand ils votent à gauche, ils votent encore pour les mêmes, de Barnier à Lamy, de Barroso à Junker, de Schröder à Merkel…

Ce qu'il nous faudrait, c'est extirper la raison néolibérale.

 

Embaucher en récompense pour ses "bons et loyaux" services rendus et afin de profiter de son précieux carnet d'adresses pour faciliter le lobbying de cette banque à la triste réputation !

Une pétition pour demander la démission de la commission européenne peut agiter l'espace politique, éventuellement avec une élection au suffrage direct.

Nos hyper-fonctionnaires européens, hyper biens payés, hyper parasites dans l'hyper mille feuilles administratif en Europe se révèlent de plus en plus le cheval de troie des ennemis de nos démocraties. Ils en viennent du chancre mondial de GS (Draghi et autres, ...) ou ils s'y précipitent après comme Barroso.
De quoi perdre tout espoir européen, de se féliciter du brexit et d'espérer que les autres pays importants vont suivre rapidement pour se débarasser d'une Europe du fonctionnaire ayant lamentablement raté tous ses autres objectifs. 

.... ayant lamentablement raté tous ses autres objectifs.

appauvrissement de toutes les populations, privatisation des services publics rentables, suppression de la démocratie, asservissement des peuples rebelles, etc ...
je ne fais pas du tout le même constat que vous. je trouve que l'UE a parfaitement réussi les objectifs, pour lesquels elle a été créée. Cool

QUI A CHOISI BARROSO ?

Pourrait-on nous expliquer pourquoi le président Chirac, qui vouait, en 2003,  Barroso aux gémonies pour son rôle de sergent recruteur européen pour la croisade irakienne de G.W Bush, a soutenu en 2004 sa nomination à la tête de la Commission, alors qu'il avait un droit de veto ?

D'autre part les parlementaires européens, qui s'insurgent aujurd'hui contre le passage de Barroso chez Goldman-Sachs, ne pouvaient ignorer qu'ils ont par deux fois majoritairement voté pour un ultra néo-libéral.  Or passer chez Goldman fait partie de la trajectoire de ce genre de profils.

Barroso n'est pas en contradiction avec les principes qu'il défendait à Bruxelles, ceux qui l'ont nommé peuvent en revanche être taxés d'inconséquence, voire d'incohérence.

 

?_task=mail&_action=get&_mbox=INBOX&_uid=6702&_token=Ha4owhBuEu5tM89vmBZclcSKenQQkWwT&_part=2&_embed=1&_mimeclass=image

?_task=mail&_action=get&_mbox=INBOX&_uid=6702&_token=Ha4owhBuEu5tM89vmBZclcSKenQQkWwT&_part=3&_embed=1&_mimeclass=image

Syndicat du personnel de la fonction publique européenne     RUE DE LA LOI, 200 B-1000 BRUXELLES Tél:(+32) 02 29 55676|

OSP-RD@ec.europa.eu| http://www.renouveau-democratie.eu              

?_task=mail&_action=get&_mbox=INBOX&_uid=6702&_token=Ha4owhBuEu5tM89vmBZclcSKenQQkWwT&_part=4&_embed=1&_mimeclass=image

English version will follow

Bruxelles, le 09 septembre 2016

Note à l'attention de Mr Jean-Claude JUNCKER,

Président de la Commission européenne

OBJET: Affaire Barroso

Le 4 août dernier, nous vous avions rappelé notre courrier du 12 juillet  par lequel nous vous avions saisi de la si­tuation de votre prédécesseur, M. Barroso, au regard des règles et des principes relevant de la morale et de l'éthique à l'occasion de sa nomination au sein de la banque d'affaires américaine Goldman Sachs.

Or, un mois plus tard, force est de constater l'absence de réponse à cette note ainsi qu'au courrier initial alors que d'autres instances et la presse ne cessent de suivre cette affaire.

Parallèlement, comme nous l'avions indiqué dans notre lettre, une  pétition en ligne "Pas en notre nom"  avait été lancée à l'adresse des présidents des trois institutions par un collectif de collègues, ouverte aux citoyens euro­péens.

Alors que, comme indiqué dans notre lettre en juillet, cette pétition avait recueilli 4000 signatures, le nombre de si­gnataires n'a cessé d'augmenter de jour en jour et d'heure en heure pour atteindre 135.941 signatures au moment de la rédaction de cette note et ce, malgré la période estivale. Preuve s'il en est de la mobilisation des collègues et des citoyens face à la situation.

Cette démarche répond à la demande faite par Madame Kristalina Georgieva, Vice-présidente, au personnel de s'exprimer et de s'engager activement aussi sur des thèmes politiques dépassant le simple cadre du travail.

Néanmoins, il ne suffit pas d'inviter les collègues à s'exprimer. Il est essentiel de donner une suite adé­quate aux opinions exprimées en prenant en compte, dans les faits, la voix du personnel.

Or, nous sommes toujours dans l'attente d'une prise de position claire de votre part.

Qui plus est, le Médiateur européen, Mme Emily O'Reilly, vient de vous adresser une lettre en date du 5 septembresur le sujet, vous enjoignant de préciser la position de la Commission afin de décider des suites à donner. Cette lettre a d'ailleurs été relayée une fois de plus par la presse internationale.

A nouveau, nous approuvons et nous associons pleinement à la démarche du Médiateur européen et vous deman­dons  de répondre au plus vite à nos préoccupations exprimées dans nos courriers du 12 juillet et du 4 août dernier.

Néanmoins, il nous est simplement inconcevable que la seule instance qui ne s'est toujours pas prononcée de ma­nière claire sur cette affaire soit notre institution, alors qu'elle est concernée en tout premier chef s'agissant de l'an­cien président et qu'il faille en arriver à l'injonction du Médiateur européen.

Il en va de la crédibilité de l'Institution tant vis-à-vis de tous les fonctionnaires et agents qui la servent au quotidien que vis-à-vis des citoyens européens à un moment crucial pour notre avenir.

 

Cristiano SEBASTIANI,

(signé)

Président

 

Copie:            Le Collège des Commissaires

                         Le Personnel de l'Institution

 

——————————————————————————-

R&D à votre disposition:

Contacts: Secrétariat R&D : 55676 / email: REP PERS OSP R&D OSP-RD@ec.europa.eu /site web : www.renouveau-democratie.eu

 

Pour adhérer à R&Bruxelles: envoyer ce talon à R&D, J-70 01/048

Le PB ce n'est pas Barroso mais Goldman Sachs et ses pareils. Ces banques qui se croient tout permis  pour faire du fric avec du fric et qui nous conduisent à la cata économique et pas seulement.

Ils ont instillés dans la société le culte décomplexé du fric et  surtout l'idée que l'offre crée  la demande, moyennant quoi , ils nous aliènent en nous créant des besoins qui n'en sont pas et nous amènent à détruire la planète par une surconsommation stupide .

L’urgence c’est de réfléchir à notre façon de vivre et  à supprimer tout le superflu inutile pour arrêter d’engraisser ces porcs.

On peut être riche avec pas grand chose si on sait regarder le monde et vivre en bonne intelligence avec lui.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale