Enquête russe: Trump prêt à répondre "à certaines conditions"

Par
Donald Trump s'est dit prêt vendredi à répondre à certaines conditions aux questions des enquêteurs chargés de faire la lumière sur les soupçons de collusion entre son équipe de campagne et la Russie.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

A BORD D'AIR FORCE ONE (Reuters) - Donald Trump s'est dit prêt vendredi à répondre à certaines conditions aux questions des enquêteurs chargés de faire la lumière sur les soupçons de collusion entre son équipe de campagne et la Russie.

"Je le ferai dans certaines circonstances", a-t-il déclaré aux journalistes qui l'accompagnaient à bord d'Air Force One, l'avion présidentiel. "Je pense que, si nous devons nous rencontrer, ce doit être une rencontre équitable. Je ne veux pas tomber dans un piège à parjure", a ajouté le président des Etats-Unis.

Son avocat Rudy Giuliani a annoncé jeudi à Reuters que le procureur spécial Robert Mueller, chargé de coordonner l'enquête, souhaitait que Trump accepte un "entretien de suivi" après des réponses par écrit.

"Je ne vois pas comment nous pouvons le faire", a poursuivi l'avocat, qui a exprimé à plusieurs reprises ses préoccupations concernant le risque de parjure.

Les avocats de Trump négocient depuis des mois avec l'équipe du procureur Mueller pour déterminer les formes d'une éventuelle audition du président, qui nie toute collusion avec Moscou et dénonce une "chasse aux sorcières".

Deux associés de Roger Stone, qui a longtemps été conseiller politique de Donald Trump, ont été entendus ces deux derniers jours par les enquêteurs, qui semblent s'intéresser à ses contacts avec Wikileaks et son fondateur Julian Assange. Le site a publié un grand nombre de courriels démocrates piratés pendant la campagne de 2016.

Il s'agit de Jerome Corsi, un journaliste politique qui collabore avec des sites adeptes de la théorie du complot, et de l'animateur de télévision Randy Credico. Ce dernier aurait pu jouer les intermédiaires entre Stone et Assange, qu'il a interviewer en 2017 à l'ambassade équatorienne de Londres, où il a trouvé refuge il y a six ans pour échapper à une extradition vers la Suède.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale