De notre correspondant en Corée du Sud.- Kim Jong-un accueille à bras ouverts les capitaux étrangers. Pays accablé de sanctions internationales, régime policier brutal aux dirigeants accusés par une résolution de l’ONU de crimes contre l’humanité, État à l’économie considérée comme la moins libre de la planète, la Corée du Nord tente pourtant une opération séduction pour attirer les investisseurs et relancer son économie ruinée. Entre 2013 et 2014, Pyongyang a créé une quinzaine de nouvelles zones économiques spéciales (sur le modèle chinois) et révisé sa loi sur les investissements.