Lagarde au FMI? La justice n'aura pas encore tranché

Par
Le dépôt des candidatures à la tête du Fonds monétaire international puis la désignation du nouveau directeur général seront achevés avant que la CJR ne dise si elle instruit ou pas le cas de Christine Lagarde et son rôle dans le scandale Tapie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le temps politique et celui de la justice n'ont jamais été bien accordés. Ainsi, si Christine Lagarde espérait être fixée sur son avenir judiciaire avant la date limite du dépôt des candidatures pour le poste de directeur général du Fonds monétaire international (FMI), auquel elle postule, elle risque fort d'être déçue. Les candidats à la succession de DSK au FMI ont, en effet, jusqu'à ce vendredi 10 juin pour se déclarer. Or c'est précisément ce jour-là que la commission des requêtes de la Cour de justice de la République (CJR) doit examiner la « demande d'avis » sur le cas Lagarde dans l'affaire Tapie/Adidas, qui a été transmise le 10 mai par le procureur général près la Cour de cassation, Jean-Louis Nadal.