«A l’air libre»: les armes «non létales» au cœur des violences policières, un entretien avec l’historien Pap Ndiaye

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Tous les commentaires

Quand on voit les dégâts sur une mâchoire, un de ces balles dans la tempe ou la carotide peut tuer !

Quant à lepen-attali-macron, c'est ça:

Canard EnchaÎné du mercredi 3 juin 2020 page 8 Canard EnchaÎné du mercredi 3 juin 2020 page 8

Des méthodes de milices façon SA, sans plus se cacher. Regardez tous, il est temps de réagir!

Belle conversation avec Pap Ndiaye  qui est toujours très éclairant, sobre et percutant.

La question coloniale longtemps rejetée  dans les marges, à la périphérie  revient avec force dans la métropole.

Un refoulé  historique qu'il faudra bien un jour accueillir dans notre modernité et déplier   pour enfin solder tous ces comptes mortifères  pour la démocratie et le vivre ensemble.

 

 

 

 

Chic ! Cela prend tournure, un cap est fixé pour le monde d'après maintenant :

Armée Nouvelles constructions au camp de La Courtine (Creuse) pour l'entrainement au combat en milieu urbain 

« Ce projet à 2 ou 2,5 M€ reflète l’élan donné au camp de La Courtine dans la préparation opérationnelle, se félicite le chef de corps. Les travaux devraient commencer en 2021 et s’étaler sur un an et sur un peu plus de 1.000 m2 ».

Très intéressant en dépit de l’impasse sur le déchoukage des statues de Schoelcher en Martinique, le 22 mai 2020.

Viser et tirer sur des visages à la flashball est un acte d'une extrême agressivité: c'est avoir envie de tuer pour le plaisir de tuer, et n'attendre que ça: tirer dans la foule à balle réelle. C'est ce qu'on appelle le "défoulement" de l'abruti milicien.

Pourquoi ne s'en prendre qu'aux symboles sudistes? les nordistes aussi avaient des esclaves.
Et hypocrite république, qui remplace ses esclaves par des salariés.

Une "démocratie" utilisant des esclaves n'en est pas vraiment une, alors que le salariat ne gêne pas la définition de la république, le "bien commun" des possédants contre la démocratie.

C'est quand-même scandaleux de parler la langue ennemie, de légitimer la "question raciale" (vous, vous ne la mettez pas entre guillemets): Oh monsieur le noir, il n'y a pas de races humaines, les races c'est pour les animaux: ceux qui nient l'humanité ont intérêt à l'utiliser pour se dire supérieur dans la chaîne alimentaire, tuer sans scrupules ceux qu'ils considèrent comme étant des inférieurs.
Ah, je comprends que vous ayez été accepté comme prof de Science-Po: que vous soyez blanc ou noir, vous parlez le langage compatible aux institutions racistes actuelles.
Quittez votre soumission intellectuelle, si vous voulez faire progresser la cause.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous