Libre-échange EU-USA : six élus français suivront le dossier à Bruxelles

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Ah ! je vais vous attaquer pour plagia...;-)

Ce n'est pas de l'anti-américanisme primaire que de s'opposer au modèle américain. C'est de l'anti-américanisme réfléchi, par opposition au pro-américanisme primaire, lui, et totalement dégueulasse, des salopards qui nous gouvernent et des médias qui nous informent.

Ce n'est pas non plus du repli identitaire. C'est du refus du colonialisme. Les pétainistes, aujourd'hui, ce sont nos gouvernants, nos banquiers et nos journalistes.

Il est impossible que le poste de commissaire revienne à un adversaire du TTIP - la commission dirigée par Juncker sera de droite. Mais il se peut qu'il revienne à quelqu'un de plus prudent que son prédécesseur, Karel de Gucht. Et il se trouve que les Français sont, tous partis confondus, les plus critiques, au sein des 28, sur ce projet d'accord. L.

""""Et il se trouve que les Français sont, tous partis confondus, les plus critiques, au sein des 28, sur ce projet d'accord. """""

C'est un peu normal, la FRANCE étant un des plus grands pays agricoles de l'UE !

Sinon, très bon article sur le sujet qui nous occupe à commencer par s'entendre sur certains termes :

- "(

Le président de cette Commission du commerce international est le socialiste allemand Bernd LANGE et il a comme vice-président l'écologiste français  Yannick JADOT

Sur les quatre vice-présidents deux sont français. En effet Tokia SAÏFI, élue du Nord, est également vice-présidente. La France est donc en position de force face à la Commission.

Il existe des critiques juridiques très substantielles sur la validité de ces négociations :

- l'incompatibilité des négociations en cours au droit de l'Union, au droit européen et au droit international public

- l'impossibilité pour les négociateurs de déposséder la CJUE de ses prérogatives, fixée par le droit primaire, comme y aboutirait l'adoption du RDIE. La Commission n'a pas le pouvoir de modifier le fonctionnement des institutions posé par les traités.

La question de la validité du mandat de négociation se pose.

La Cour de Justice de l'Union européenne s'est proncée le 3 juillet dernier (Affaire C-350/12P) contre l'entrave au principe de transparence dans l'Union européenne.

TTIP : l'Observatoire du stress répond à la Commission européenne

"-  l'incompatibilité des négociations en cours au droit de l'Union, au droit européen et au droit international public"

 

Pourriez-vous préciser en quoi ?

Pourquoi pas ? ayez confiance ! les français, rois du compromis...et fans de sodomie (politique, j'entends bien)...

Pareil avec l'ACTA dont une forte mobilisation citoyenne a conduit le parlement européen à rejeter le traité. Il est maintenant ressuscité en douce par la commission.

Au final, la ploutocratie gagne toujours cette guerre d'usure. Des citoyens qui ne sont plus représentés par leur députés n'obtiennent jamais gain de cause. Ils font figure d'amateurs face au professionnels dont c'est le métier de lobbyistes que d'infléchir les décisions en leur unique faveur. Les multinationales ne votent pas, pourtant ce sont elles qui ont le pouvoir. Beau paradoxe...

Les tribunaux d'arbitrage existent déjà en matière de litiges commerciaux internationaux, et la France a signé pléthore de traités bilatéraux qui le prévoient (sans qu'ils soient jamais pratiqués in fine)...

Il faut rappeler que K. de Gucht a dû suspendre la négociation sur ce point-là - l'inclusion de l'arbitrage "ISDS" - en mars dernier en raison des pressions et (aussi) des doutes de quelques Etats dont l'Allemagne. Il n'est donc pas sûr que le traité qui sera signé à la fin le prévoit.

Enfin la seule véritable nouveauté de cette commission Inta est la présence d'E. Maurel. Tous les autres Français étaient déjà membres ou suppléants. M Le Pen passe de suppléante à titulaire mais ne s'y pointera pas pour autant...

A noter enfin que l'Allemand B. Lange, nouveau président de la commisssion, est très proche des milieux syndicalistes type IG Metall et, s'il ne s'oppose pas au libre-échange, est très porté sur les conditions d'emploi et les conditions de travail.

Merci pour cet article qui nous permet de mesurer les enjeux des commissions et des difficultés des compromis au sein des 28. Trés intéressant.

Bonne nouvelle donc, merci de l'info.
A suivre avec le poste de  commissaire européen au commerce.

Si Cameron l'emporte ce sera très mauvais signe.

Autant privilégier un membre de la zone EURO plutôt qu'un CAMERON qui est resté au bord du chemin de par sa propre volonté. Enfin, ça me paraît logique que EURO rime avec commerce ! CAMERON ne peut pas en dire autant !

Merci beaucoup pour cet article qui nous permet de découvrir les 41 députés qui siègent dans cette commission et les soutenir. Chaque député peut être joint directement.

Merci pour l'excellente couverture continue et détaillée de ce sujet.

Merci pour cet article.    Et pourquoi CAMERON ?  Non… 

"Et si les Français s'emparaient de ce poste stratégique ?"

Une tribune pour nous expliquer qu’il veut le poste vu que c'est le plus stratégique et important ou j’ai mal compris.

  • Nouveau
  • 08/07/2014 16:08
  • Par

6 élus, 1 représentant pour 11 millions d'électeurs, c'est équitable voir généreux, au sens américain du terme.

"6 élus français suivront le dossier à Bruxelles"

....S'ils travaillent....ce qui n'est pas le point fort des élus français..

Merci et nous verrons MLP à l'oeuvre !

Si c'est juste pour mordre les mollets des tenants du tout-business USA-EU, je veux bien qu'on lâche le pitbull...

Peut on savoir qui sont ces six élus ?

 

Il  est interessant d'avoir quelques références concernant des pays qui ont passé des accords avec les USA.

En février 2014, Marie Monique Robin   qui est une journaliste d'investigation, réalisatrice et écrivaine française dénoncait  les effets de l ' accord de "libre-échange" conclut récemment entre les Etats-Unis et la Colombie.Cet accord contient notamment  une clause qui oblige les paysans à cultiver des "semences certifiées" c'est à dire produites par "sélectionneurs" comme Monsanto ou Syngenta.L'institut agroalimentaire colombien a publié une résolution  qui menace d'amendes et de poursuites judiciaires tout paysan qui garderait une partie de sa récolte pour ensemencer ses champs.

Pour dénoncer cette résolution décrétée sous l'emprise des multinationales dont Monsanto , de grandes manifestations se sont déroulées en août 2013 qui ont été réprimées violamment par le pouvoir en place.

Autre exemple, au  Mexique, après l'accord de l'ALENA qui date de 1995, selon un rapport rendu par l'institut américain Woodrow Wilson de Washington, les denrées agricoles américaines exportées vers le Mexique maïs, soja, blé, riz, coton, viande de boeuf, porc et poulet subventionnées très largement par le gouvernement américain ont été multipliés en moyenne de 400% entre 1997 et 2005. Les Etats-Unis ont vendu le maïs à un prix inférieur de 19% à son coût de production. En termesd'emploi, presque 3 millions de personnes ont perdu leur emploi dans l'agriculture, ce qui a favorisé l'immigration illégale.Pour le responsable de cet institut, l'ALENA a été conçu pour bénéficier aux multinationales américaines et mexicaines.

L'accord de partenariat transatlantiques risque d'être un danger pour les démocraties et  produire les mêmes effets cités précédemmenet,les multinationales ayant pour but de restreindre les droits démocratiques, les législations nationales, les réglementations acquises de haute lutte, la protection des citoyens. Toutes ces règles pourraient  se retrouver, dans cet accord,  accusées de gêner les affaires des investisseurs étrangers. Un exemple si les négociations avec un syndicat font grimper les salaires, l'investisseur pourrait demander à être dédommagé par l'état à cause d'une perte de rentabilité et dans ce cas ce serait le contribuable qui mettrait la main à la poche comme l'ont fait les banques pendant la crise financière.

L'Amérique ,l'Amérique je la veux et je l'aurai comme chantait Joe Dassin dans les 70's...

congress revealed congress revealed

  • Nouveau
  • 10/07/2014 14:31
  • Par

Il y a le GMT (nommé aussi TTIP ou TAFTA) mais il y a aussi le tout aussi dangereux TISA.

Le TISA ( accord sur les commerces des services nommé aussi ACS)  va faire exploser  tous les services publics dans le monde....Il sera opérationnel et applicable fin 2015 en même temps que le GMT.

http://www.marianne.net/Vous-avez-aime-le-traite-transatlantique-vous-adorerez-TISA-_a239731.html

La bombe qui va faire exploser les services publics dans le monde

http://www.humanite.fr/laccord-top-secret-qui-doit-depecer-les-services-publics-545491

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-paul-baquiast/280614/vous-avez-aimevous-adorerez-dixit-marianne

http://www.mediapart.fr/journal/international/030714/tisa-cette-autre-negociation-secrete-sur-la-mondialisation-financiere

http://blogs.mediapart.fr/blog/victorayoli/040714/tisa-prepare-en-loucede-la-disparition-de-tous-les-services-publics-secu-comprise

  • Nouveau
  • 10/07/2014 23:26
  • Par

Barroso devant la justice européenne pour avoir poussé un des ses commissaires à la démission

Depuis sa démission, l'ancien commissaire ne cesse de clamer son innocence et affirme avoir été victime d'un complot de l'industrie du tabac qui l'aurait piégé alors qu'il s'apprêtait à présenter une nouvelle proposition de loi européenne pour durcir la législation antitabac.

http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/barroso-devant-la-justice-europeenne-pour-avoir-pousse-un-des-ses-commissaires-a-la-demission_641693.html

"De son côté, Yannick Jadot continuera de s'opposer aux négociations en cours, avec les États-Unis ou avec le Canada. Mais il veut aussi, pour sortir d'une posture qui ne consisterait qu'à bloquer des textes, profiter du mandat pour « réfléchir à ce que pourrait être un bon accord commercial, respectueux des droits sociaux et environnementaux, contre les processus de dumping »."



Jadot, tu es entrain de te planter ! il n'y a pas de compromis possible, il faut faire avorter ce projet ! écoute ce que dit Asselineau !! le véritable enjeu est géopolitique. Oui je sais, l'état-nation tu t'en tapes, mais si en 2003 la France a pu s'opposer aux Etats-Unis, ce ne sera plus le cas dans le futur avec ce traité.........tous aux ordres, et tous à la guerre !!!!!! 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale