Róbert Alföldi, metteur en scène hongrois: «Sans le vouloir, j’ai glissé dans un rôle de résistant»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Róbert Alföldi a été directeur du théâtre national hongrois de 2008 à 2013, date à laquelle il en a été écarté par le pouvoir. Aujourd’hui il continue de mettre en scène des pièces, sans être rattaché à une institution. Nous le rencontrons au cours d’une longue et intense journée de répétition. Quelques jours plus tard, sa nouvelle pièce, Chicago, doit être présentée au public. L’homme est survolté et le premier contact est difficile : la journaliste que je suis a osé prendre une photo de la répétition, qu’il exigera aussitôt de voir disparaître. Rencontre dans l’atmosphère tendue d’un artiste travaillant en milieu hostile.