Au Brésil, le candidat d’extrême droite poignardé et renforcé, la campagne présidentielle dégénère

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rio de Janeiro (Brésil), de notre correspondant.– Comme à son habitude, Jair Bolsonaro perché sur les épaules d’un partisan fend la foule en souriant et en prenant diverses poses. Au milieu de supporters qui hurlent « mito » (« le mythe », son surnom) et de douze agents de la police fédérale à Juiz de Fora (État du Minas Gerais), il continue sa campagne au rythme effréné habituel. En l’absence de Lula, le candidat d’extrême droite caracole en tête des sondages. Soudain, son visage se crispe, il vient d’être poignardé. Un seul coup, rapide, mais profond. L’arme a perforé son intestin en plusieurs endroits, déclenchant une sévère hémorragie interne.