Assassinat en Bulgarie d'une journaliste d'investigation

Par
Une journaliste bulgare qui travaillait sur une affaire de corruption présumée a été assassinée à Ruse, une ville située sur le Danube, ont annoncé dimanche les autorités bulgares.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

SOFIA (Reuters) - Une journaliste bulgare qui travaillait sur une affaire de corruption présumée a été assassinée à Ruse, une ville située sur le Danube, ont annoncé dimanche les autorités bulgares.

Le corps de Viktoria Marinova, qui était âgée de 30 ans, a été découvert samedi dans un parc de la ville.

Les procureurs l'ont seulement identifiée par ses initiales, mais le ministre de l'Intérieur, Mladen Marinov, a dévoilé son nom, ajoutant que rien ne suggérait que sa mort était liée à son travail. La police ne dispose d'aucune information sur d'éventuelles menaces qu'aurait reçues la journaliste. "Il s'agit d'un viol et d'un meurtre", a-t-il dit.

Le Premier ministre, Boïko Borissov, a déclaré à la presse que l'enquête devrait rapidement établir l'identité du meurtrier. Il a ajouté que les experts avaient collecté de nombreux échantillons d'ADN.

D'après des médias bulgares, Viktoria Marinova, qui travaillait pour la chaîne de télévision TVN, enquêtait sur l'utilisation de fonds européens.

Elle est la troisième journaliste assassinée dans un pays de l'Union européenne en un an, après la Maltaise Daphné Caruana Galizia, tuée en octobre 2017 dans l'explosion d'une bombe placée sous sa voiture, et du Slovaque Jan Kuciak, tué par balle en février dernier.

La Bulgarie est située au 111e rang du classement établi par Reporters sans Frontières sur la liberté de la presse, ce qui en fait le pays membre de l'UE le plus mal placé.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale