Universités européennes: le souffle de l’austérité

Par

Le cas des universités grecques n'est pas isolé en Europe. Ces cinq dernières années, les deux tiers des pays européens ont réduit leurs dépenses consacrées à l'enseignement supérieur, ce qui compromet les objectifs de « l'Europe de la connaissance ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La fermeture en cette rentrée de deux universités grecques (notre article, ici), confrontées à une baisse drastique de leurs moyens, jette une lumière crue sur la situation de « l’Europe de la connaissance », dont la construction est vantée depuis quinze ans, avec le lancement du processus de Bologne. Car le cas grec, pour être extrême, est loin d’être isolé.