Sous le feu de la guerre, l’art contemporain se bat en Afghanistan

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La « kharmohra », littéralement la « pierre de l’âne », qui donne son nom à une exposition au Mucem de Marseille, est souvent d’un beige limpide et de forme oblongue. On peut encore la trouver, mais difficilement, chez de rares marchands de rue autour de la mosquée Shah-e Do Shamshira, dans le centre de Kaboul.