En Guinée, la démocratie déjà menacée

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce qui n’était auparavant qu’un murmure de courtisans est désormais une propagande d’État. Tendues entre les arbres, des affiches enjambent les rues de Kaloum, le centre-ville de la capitale Conakry, vantant l’adhésion des Guinéens à un obscur projet de « nouvelle Constitution » surgi du néant.