Un cerveau des attentats européens tué en Syrie

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 19 avril dernier, Mediapart écrivait que « la menace en termes d’attentats projetés dans l’Hexagone, menace représentée par Samir Nouad, serait plus que jamais d’actualité » et que le terroriste faisait l’objet de toutes les attentions des services de renseignement français. Nous publiions alors pour la première fois sa photo et révélions que l’État islamique avait récemment déplacé plusieurs djihadistes français dans la vallée de l’Euphrate. L’organisation terroriste anticipait là les chutes prochaines de Raqqa et Mossoul, et positionnait dans ces zones éloignées des combats certains de ses cadres, déjà impliqués dans la planification des attentats en dehors du califat. Parmi ces Français préservés figurait, écrivions-nous, le vétéran du djihad, Samir Nouad. Selon des informations que nous n’avions alors pas divulguées, les services de renseignement pensaient l’avoir repéré dans la localité de Mayadin.