Le dollar, arme suprême de Trump

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La réaction européenne se veut unanime. Quelques minutes après la décision de Donald Trump de rompre l’accord sur le contrôle du nucléaire iranien signé en juillet 2015, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne ont tenu tout de suite à faire front commun : en tant que signataires de cet accord international aux côtés des États-Unis, de la Russie et de la Chine, les trois pays européens sont déterminés à continuer à appliquer l’accord avec l’Iran. « Nous demandons instamment aux États-Unis de s’assurer que les structures du JCPOA [Joint Comprehensive Plan of Action – ndlr] demeurent intactes et d’éviter de prendre des mesures qui entravent sa pleine mise en œuvre par les autres parties prenantes à cet accord », ont-ils annoncé dans un communiqué commun.