Nouvel accès de tension entre le gouvernement yéménite et les Emirats

Par
Les Emirats arabes unis ont démenti dans la nuit de mercredi à jeudi les accusations du gouvernement yéménite qui affirme que son allié a débarqué une centaine de combattants séparatistes sur une île située en mer d'Arabie.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

DUBAI (Reuters) - Les Emirats arabes unis ont démenti dans la nuit de mercredi à jeudi les accusations du gouvernement yéménite qui affirme que son allié a débarqué une centaine de combattants séparatistes sur une île située en mer d'Arabie.

"Cela fait partie des fausses nouvelles que j'ai vues aujourd'hui", a commenté sur Twitter le chef de la diplomatie des Emirats, Anouar Gargach.

Les Emirats font partie de la coalition militaire mise en place il y a plus de quatre ans par l'Arabie saoudite pour venir en aide au gouvernement yéménite face à la rébellion des miliciens Houthis. Mais ils entretiennent des rapports tendus avec le gouvernement yéménite.

Selon des responsables yéménites, une centaine de combattants séparatistes ont été acheminés par un bâtiment de la marine émiratie vers l'île de Socotra, où ils ont débarqué lundi. L'île fait partie du Yémen mais se trouve à quelque 400 km de ses côtes.

Ce n'est pas la première fois que le gouvernement du président yéménite Abd-Rabbo Mansour Hadi, qui siège à Aden, accuse les Emirats de déployer des troupes sur Socotra.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu auprès de la coalition sous commandement saoudien.

Les séparatistes visent à restaurer un Etat indépendant dans le sud du Yémen, qui s'est réunifié avec le Nord en 1990.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale