A La Haye, le Congolais Bemba acquitté, la cour pénale décrédibilisée

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La justice internationale est-elle morte de son impuissance ? La question se pose après l’acquittement en appel vendredi 8 juin par la Cour pénale internationale (CPI) de l’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba. Condamné en 2016 à 18 ans de prison en première instance pour des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité commis en Centrafrique, il a vu sa condamnation balayée en appel à la surprise générale au motif que « les sérieuses erreurs commises par la chambre de première instance font entièrement disparaître sa responsabilité pénale », a déclaré la juge Christine van den Wyngaert. Personne ne s’attendait à un tel verdict de la part de la juridiction fondée en 2002 après huit ans de procès et dix ans d’emprisonnement pour Bemba, arrêté en 2008.