En Italie, la liste des agressions racistes s'allonge jour après jour

Par Beniamino Morante

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sergio Mattarella s’est senti obligé de sortir de sa réserve. « L’Italie ne peut pas ressembler à un Far West, où quelqu’un achète un fusil et tire sur une fillette d’un an, a lancé, le 26 juillet 2018, le président de la République. C’est de la barbarie et cela doit susciter l’indignation. » Dix jours auparavant, à Rome, un homme avait tiré de son balcon avec une carabine à air comprimé sur une enfant de nationalité roumaine. Un épisode terrifiant, mais loin d’être isolé.