La terrible détention des deux chercheuses otages en Iran

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les nouvelles en provenance des prisons iraniennes sont rares et quand elles parviennent à Paris ou Londres, elles sont souvent mauvaises. C’est le cas pour l’anthropologue franco-iranienne Fariba Adelkhah, condamnée à cinq ans de prison, et dont les conditions de détention à la tristement célèbre prison d’Evin sont très difficiles. Elles le sont plus encore pour la jeune universitaire australo-britannique Kylie Moore-Gilbert, qui purge une peine de dix années de réclusion criminelle : elle vient d’être transférée d’Evin à la plus terrible des prisons pour femmes du pays, celle de Ghartchak, en plein désert au sud de la capitale.