Tripoli, à la périphérie

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le langage populaire, on l’appelle la place de la Lumière. Ce large rond-point, surmonté du nom d’Allah en piédestal, fait office d’interface entre les différents secteurs de Tripoli. Sur ses contours, des vendeurs ambulants proposent du maïs en grains, des kaakés – sorte de pains grillés au sésame – et autres en-cas dans la cacophonie urbaine, où se mélangent klaxons et moteurs rugissants. Face à des devantures d’immeubles décrépies, quelques mendiants glanent des billets auprès des passants sous l’œil indifférent d’agents de circulation.