Ce que Trump nous dit de l’époque

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

L'article de Salmon est parfaitement construit sociologiquement parlant, mais je fais le pari qu'il lui manque un sou de rationalité qu'il ne faut pourtant pas mettre définitivement aux poubelles de la pensée. Ainsi les envois de colis piégés des trumpistes à des personnalités démocrates sont en définitive une marque d'impuissance ( ce qui ne signifie qu'il ne soit pas dangereux en terme de signification politique) . Les électeurs de Trump peuvent bien rêver et ne faire confiance qu'à leurs impulsions morbides, ils n'en reste pas moins qu'ils ont une assiette. Or avec cette crapule, elle restera désespérément vide. Trump ne créera aucun emploi supplémentaire, du moins pour ces déclassés.

Oui, cet article est consternant de médiocrité. Voir mon commentaire plus bas.

Les faits que vous rappelez sont exacts, mais cela ne fait que renforcer l'impression inquiétante que soulèvent le pousse-au-crime Trump et sa base radicalisée...

De même, les rappels de Lonesome cowboy un peu plus bas sur les responsabilités des démocrates classiques, clintoniens, sont justes, mais il ne faut pas en faire un biais pour diminuer le danger que représente, ici (et bien sûr là-bas) et maintenant Citizen Trump.

Boudine a raison.

Le site FiveThirtyEight, spécialisé dans l’analyse des résultats et comportements électoraux, estime que les Démocrates devancaient les Républicains d’environ 8,7 %, ce qui ferait presque 10 millions de voix (https://projects.fivethirtyeight.com/congress-generic-ballot-polls/?ex_cid=midterms-header). Pour le New York Times comme pour CNBC (https://www.cnbc.com/video/2018/11/07/democrats-leading-popular-vote-by-at-least-8-point-5-percent--a-wave-by-historical-standards.html, ainsi que https://www.nytimes.com/interactive/2018/11/06/us/elections/results-house-elections.html), l’écart serait d’« au moins » 8,5 millions de voix.

 C’est autant ou plus que lors des précédentes mid-terms dans lesquelles le parti du Président s’était fait étriller:

- En 1994 sous Clinton : + 7.1 % pour les Républicains..

- En 2006 sous George W. Bush : + 8.0 % pour les Démocrates..

- En 2010 sous Obama : + 7.2 % pour les Républicains.

- En 2014 sous Obama : + 5.7 % pour les Républicains.

En 2016, Trump l’avait emporté dans le « collège électoral » tout en ayant été battu de 3 millions de voix par Clinton dans le « vote populaire ». Mais avec une différence de 8 millions, voire 10 millions de voix, ça ne pourrait définitivement pas le faire en 2020.

 

Un tel écart s’explique d’abord par le gerrymandering (tripatouillages électoraux),  qui consiste en redécoupages de circonscriptions.

Aussi en Floride, 1,5 millions de personnes ayant fait l’objet de condamnations pénales, très majoritairement Noires et Latinos, se retrouvaient privées de leur droit de vote. 

 En Géorgie, où l’écart a été faible aussi, ce sont 1,4 million de personnes qui depuis dix ans ont été rayées des listes par les autorités républicaines – beaucoup plus que ce qui serait « normal » –, tandis que près de 250 bureaux de vote ont été fermés dans les quartiers les plus populaires et Noirs...

Pour plus d’informations, lire l’analyse publiée au lendemain du scrutin par l’organisation anticapitaliste ISO : https://socialistworker.org/2018/11/07/six-socialist-takeaways-from-election-2018 

Les faits que vous listez sont exacts. Cependant, je n'ai pas la même appréciation que la vôtre de ces faits.

Le Vote suppression et le gerrymandering existaient avant Trump. Il a aussi très largement aidé les présidents ou congressmen républicains élus avant 2016.

Comme vous l'écrivez vous-même, la défaite trumpiste en nombre de voix est comparable à celle d'autres présidents, y compris démocrates, aux midterms du premier mandat. Cela n'a pas empêché plusieurs de ces présidents d'être réélus. Je n'y lis évidemment pas une prédiction du fait que Trump sera réélu en 2020, seulement du fait que le résultat de ces élections n'entament pas véritablement les chances de Trump pour cette échéance.

J'ajouterai que les élites dirigeant le parti démocrate ne semblent pas particulièrement intéressées par la lutte contre les fraudes commises par les Républicains. Ce sont plutôt des progressistes et indépendants qui la mènent.

Enfin, si on les compare aux prédictions d'effondrement du vote trumpiste, ces résultats électoraux démontrent bien, comme Ch. Salmon l'écrit, que la stratégie du clivage et de la galvanisation d'une majorité (blanche) en péril a encore eu de l'efficience, qu'on la considère comme assez faible ou moyenne...

Peut on m'expliquer en quoi inviter le Gros Porc Orange de la Maison Blanche aux cérémonies du centenaire de l'Armistice (rebelote après celles du 14 juillet) honorerait la France et ceux qui ont combattu dans cette guerre  ?

L'analyse qui est faite par Christian Salmon parait être juste.
La campagne de mi mandat menée par Trump a été réussie puisque son électorat loin de se disperser s'est enforcé là où il était déjà implanté.
Trump ne redoute rien puisque ses partisans croient aveuglément tout ce qu'il déclare. 
Et ce dernier en remet et nous force à nous demander jusqu'où il va pouvoir aller dans la provocation, le déni, les mensonges et la mauvaise foi.
Les opposants et notamment le parti démocrate n'ont pas trouvé la parade. On pourrait même croire que plus ils visent justes et moins les coups n'ont d'effet.

Selon l'auteur du billet, Trump n'aurait qu'une crainte : Perdre..
Nous faut-il attendre les revers qui ne manqueront pas de surgir ? Les experts sont unanimes pour dire que la politique de repli que conduit le président ne peut que faire régresser les USA. 

JP N
  

J'ajouterai que les élites dirigeant le parti démocrate ne semblent pas particulièrement intéressées par la lutte contre les fraudes commises par les Républicains. Ce sont plutôt des progressistes et indépendants qui la mènent.

C'est en accord avec ce que je répète : les élites démocrates sont dans le même camp que les élites républicaines. Le camp opposé est celui des progressistes et socialistes.

Moi aussi, je demande une explication : en quoi inviter le Gros Porc Orange de la Maison Blanche aux cérémonies du centenaire de l'Armistice (rebelote après celles du 14 juillet) honorerait la France et ceux qui ont combattu dans cette guerre ?

maudite-soit-la-guerre

Et je m'interroge : pourquoi Mediapart, journal anti Trump, fait-il silence sur la manifestation de demain à 14h, place de la République ?

Trump, c'est la guerre, Trump Not Welcome in Paris !

Pourtant, de LCI à France Info en passant par le HuffPost, OrangeActuBFMTV, France 3 Régions, Europe 1Le Figaro, etc., l'ensemble de la presse hexagonale s'inquiète avec le gouvernement Macron-Philippe-Castaner : odieux blasphème anti Sainte Trinité (Macron-Netanyahu-Trump), diabolique complot des ennemi.e.s de la Nations, violences à prévoir, racailles de banlieue (maman zépeur !), casse de biens privés, blackblocks, Benalla, etc., le Maréchal vous parle, restez chez vous, bonnes gens !

Et Riposte Laïque, nouvel organe officiel de la République laïque, appelle les patriotes (RN-LR-EM) à s'opposer à la chienlit gauchiasse boboïsée : Bienvenue au Président Trump !

La rédac de Mediapart est déjà en GAV, ou quoi ?

@Lancetre&Followers : pardon pour ce com totalement hors sujet, surtout en ces heures terribles. Priorité doit rester aux zélections européennes et à la dénonciation du complot poutino-ménenchono-maduro-castriste... Gloire à l'Ukraine la République ! Gloire aux héros ! Mort aux ennemis !

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Plus bas où ?

En politique, les dynamiques (surtout de rejet) sont plus fortes que tout. Beaucoup d'Américains se sont mobilisés contre l'Etat pour abattre un "système" qui remet en question leur prévalence raciale et historique.  Les simples chiffres qui signalent que cette Amérique là est effectivement minoritaire ne doivent pas nous rassurer car leur mobilisation est sans égale par rapport aux anti-Trump, qui ne sont sociologiquement qu'un agrégat de minorités aux intérêts souvent divergents.

Il suffit de googler "affiches nazies", de croiser avec "propagande", et nous avons à la fois les "discours" de trump et son "électorat". Trump est goebbels au "pouvoir".

https://www.franceculture.fr/emissions/entendez-vous-leco/entendez-vous-leco-du-mercredi-10-octobre-2018

http://rf.proxycast.org/1490309376441851904/10081-10.10.2018-ITEMA_21844972-1.mp3

Image associée

Avec trump, c'est quasi cette affiche.

vous délirez et pourriez même être accusé de diffamation.!

Appeler à une manifestation contre Trump est juste dans le principe.Le faire sans plus de campagne, àà froid est contre-productif et ne sert qu'à nous faire plaisir sans aucune efficacité politique

"Juste dans le principe"... M'enfin ! Dimanche 11 novembre 2018, Place de la République : Rassemblement contre Trump à Paris.

trumplaguerre

Et à 17h, contre-commémoration, avec la compagne Jolie Môme.

© compagniejoliemome

L'article est très intéressant, et certaines citations glaçantes de prescience.

Il y a deux dangers: non seulement celui qu'un leader plus charismatique émerge... ou que le degré de rejet des autres augmente encore.

Bolsonara et Trump ont été élus au moins au tant pour la haine qu'ils portaient à leurs adversaires politiques, que pour leurs propositions (même si des facteurx locaux font qu'il y a des différences significatives entre ces deux victoires, par ailleurs).

Souvenez vous que Macron a dit (comme Chirac en son temps, et avec autant de malhonnêteté ensuite) que le message était entendu, et que le résultat de l'élection était une sorte de dernier avertissement, un dernier arrêt avant les fachos.

Insulter un adversaire c'est facile!!

À la niche le bichon à son Wauquiez. 

C’est vrai que Wauquiez est tellement con que c’est trop facile. 

Apparemment pas tant que cela car il vient de s'allier à Manfred Weber, un paneuropéen qui va très certainement succéder à Junker dont l'objectif est de réduire l'écologie à peau de chagrin, accentuer le mondialisme et le grand remplacement des populations européennes... bravo aux européistes qui se mettront sous la houlette allemande. !!!!!

Les insultes c’est facile!

et aussi avec Macron!

Si je regarde les images montrant Macron et Trump face au public, je constate quand même que dans un cas (le second) c'est la liesse parmi la foule , dans le premier cas Macron est plutôt chahuté. Question : est-ce que les Français sont moins aliénés ou la propagande moins efficace?

Pour pouvoir faire une comparaison honnête, à la place de Macron vous devez placer Marine Lepen. Macron est un démocrate, de droite mais démocrate, Trump est un facho ; ce n'est pas un problème d'aliénation. 

Je répondais à Albifons qui dans son commentaire répondant à Annie Madarasz-Bauchet associait Trump et Macron. Il est évident que je ne fais pas, moi,  d'équivalence entre les deux.

Je réponds un peu tard excusez-moi à votre commentaire :

en fait non, Trump pour moi est très différent et n'offre pas d'équivalence avec Macron. Macron est mondialiste jusqu'au bout des doigts et ne défendra que les mondialistes, comme en effet les démocrates américains. Trump est anti-mondialiste, et tente de combattre les mondialistes qui ne cherchent qu'une seule chose, c'est le destituer, lui coller avec les médias un maximum d'affaires bien souvent fabriquées.

La presse française défend de même bec et ongle Macron et les mondialistes, comme elle défend les Obama, Clinton.... en jouant sur le terme de "démocrate" qui serait "meilleur" pour la "démocratie" que les "républicains" américains.

Les républicains américains seraient peut-être un peu comme Fillon, la droite libérale chrétienne, mais ce dernier ne serait jamais entré en guerre - s'il avait été élu - contre les mondialistes comme le fait Trump. Les démocrates américains sont bien plus ultra libéraux que la droite conservatrice des républicains américains.

Annie Madarasz-Bauchet dit :

 "La valeur travail aux U S A se traduit par:si tu es pauvres, c'est que tu le veux bien,il faut travailler, travailler et si par malheur une crise te pompe tes économies, ta maison, ta retraite, c'est la faute à pas de chance

si tu es riche c'est que Dieu a jeté sa grâce sur toi, l'accumulation des richesses pour quelques uns y sont pour rien, c'est le ciel qui en a décidé ainsi." cette idéologie est également celle de Macron qui se plaint des pauvres qui coûtent un "pognon de dingue"  et ne considérerait que les "actifs" . Il semble toutefois que Trump défende en premier l'emploi ce qui n'ets pas e cadet des soucis de Macron qui ne défend que l'ultra-libéralisme mondialiste contre la population.

 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Billet juste dans la description qu'il fait du camp républicain. Le véritable slogan de Trump est : Make white America great again. L'extrémisation de la base républicaine prépare de sombres jours. Et prétendre s'appuyer sur cette Amérique-là pour contrer l'Allemagne est une nouvelle et tragique manifestation de la cécité politique absolue d'E. Todd... 

Bravo pour ce commentaire !

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Je partage largement ce que vous écrivez ici, à ceci près qu'il n'est pas exact que les Démocrates n'avaient mathématiquement aucune chance de remporter le Sénat. Comme je l'explique un peu plus bas, ils ont surtout torpillé leurs propres chances, les réduisant de 30% à 15% environ.

oui c'est ce ce que je voulais dire. j'édite.

vous avez sans doute raison pas "aucune" chance mais des chances très faibles.

L'etablishment démocrate de manière générale adorent se tirer des balles dans le pied parce qu'ils veulent à tout pris "respecter les règles" et "jouer le jeu" (quelque soit les conséquences politiques), ce qui ne fonctionne pas quand en face on utilise tous les coups bas possibles; tout en misant sur la "hauteur morale" et "le respect des institutions" des démocrates pour les plumer.

tout ça est très bien expliqué dans cette vidéo:

https://www.youtube.com/watch?v=MAbab8aP4_A&list=PLJA_jUddXvY7v0VkYRbANnTnzkA_HMFtQ&index=8

J'édite également..Pour ce qui était des chances démocrates de remporter le Sénat, voyez ceci : 

https://projects.fivethirtyeight.com/2018-midterm-election-forecast/senate/#deluxe

L'augmentation d'élus démocrates lors de ces élections doit être relativisée à l'aune du nombre énorme de mandats perdus en 8 années de présidence Obama.

Vous avez une image trop idyllique du parti démocrate. Eux aussi savent manipuler et changer les règles quand cela les arrangent.

alors c'est pas du tout un compliment justement. c'est plutôt l'idée qu'ils ont qu'il faut absolument "respecter son adversaire" (au moins publiquement), et se plier à une forme de civilité imposé notamment par les médias; et également se plier à la discussion sur les sujets qu'ils imposent. C'est aussi l'idée qu'il faut absolument donner la parole à tout le monde.

et là je ne parle pas de ce qui se passe en interne du parti démocrate, je parle de l'attitude des républicains vis à vis des démocrates. en gros les démocrates se tapent dessus entre eux, les républicains tapent sur les démocrates.

regardez la petite vidéo que j'ai mis en lien qui explique très bien tout ça. on y explique aussi comment Obama a choisi volontairement de ne pas nommer un juge à la cour suprême alors qu'il en avait le droit par un vice de forme au vue de l'obstruction des parlementaires républicains. Quand Kavanaugh est accusé de harcèlement et qu'aucune enquête sérieuse n'est mené, les démocrates auraient très bien pu refuser tout simplement de voter et faire de l'obstruction à leur tour. ça ne leur est évidemment pas venu à l'idée.

L'attitude vulgaire et provocante de Trump est une nouveauté aux USA.

Démocrates et Républicains ont toujours eu une attitude civilisée ce qui ne préjuge en rien du fond. Trump n'a pas facilement été adopté par les Républicains (dont d'ailleurs il ne faisait pas partie) même si aujourd'hui ils se rangent comme un seul homme derrière lui. Tout a été mis en oeuvre pour le faire chuter aux primaires. 

On peut citer dans l'histoire un cas célèbre où les Républicains ont plié devant un cas manifeste de tricherie électorale alors qu'ils avaient tous les éléments pour contester  : l'élection de Kennedy. Tricherie organisée par son père dans deux comtés décisifs. Kennedy fut élu de justesse.

Goldwater qui fut l'initiateur d'un parti républicain à la Reagan  était par ailleurs un bon ami de Kennedy. Les cohabitations étant plus que fréquentes aux USA, les deux camps ont toujours eu  l'habitude de travailler ensemble et le président consultait les deux camps pour au final faire approuver ses projets.

Dans l'esprit de chacun des deux camps, il fallait (je ne sais si la même conviction anime toujours les deux partis) éviter tout ce qui pourrait ébranler la foi des citoyens dans leurs institutions et pourtant Nixon n'était pas un enfant de coeur.

A l'évidence les choses ont évolué, nous entrons dans une autre époque matérialisée par Trump. La suite sera certainement intéressante.

les manipulations éléctorales ne datent pas de Trump

j'ai déja linké cet article plus bas mais:

https://www.theguardian.com/us-news/2018/nov/10/georgia-election-recount-stacey-abrams-brian-kemp

 

Remarquable analyse !  et merci, entre autre, d'apporter sur le drame de Pittsburg l'élément capital qui a, semble-t-il, "échappé" à la presse bâclée. A savoir que  cette synagogue est le siège d'une organisation qui aide à l'immigration. Curieux, non ?

Non, ce n'est pas curieux. La grande majorité des juifs américains sont des juifs libéraux qui votent démocrate depuis des décennies avec peu de variations d'une élection à l'autre. Les orthodoxes votent eux majoritairement républicain. En gros, c'est 2/3-1/3 au profit des Démocrates.

En 2016 cependant, 71% ont voté Clinton et seulement 23% ont voté Trump. Il est possible -et même probable- que l'attentat de Pittsburg ait entraîné une poussée démocrate chez les juifs américains. Mardi, 79% ont voté démocrate et seulement 17% républicain..

  • Nouveau
  • 09/11/2018 14:10
  • Par

une super série (anglophone) pour comprendre les stratégies discursives de l'alt-right (et par extension de l'extreme-droite), et comment éviter de tomber dans leurs pièges:

https://www.youtube.com/watch?v=wmVkJvieaOA&list=PLJA_jUddXvY7v0VkYRbANnTnzkA_HMFtQ&index=3

Votre dernière citation de Hannah Arendt et particulièrement pertinente : Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges, mais que plus personne ne croit plus rien.

Si à bien des égard Christian Salmon nous décrit avec justesse la situation actuelle, il présente le travers de nombreux commentateurs : nous décrire l'horrible situation actuelle en esquivant les horribles causes qui l'ont enfanté.

Je ne suis pas trop d'accord avec vous : c'est selon moi la 1ère fois que je vois si justement expliqué sur MDP que Trump, bien qu'atypique à son poste, est un reflet des Etats-Unis et de notre époque. La citation de l'historien dans l'article est éloquente.

Je ne rejoins pas tous les points d'analyse, mais je trouve agréable de voir que parfois MDP peut aller chercher un peu sous le vernis également en politique international.

Je ne suis pas en désaccord avec vous sur ce point : Trump reflète bien une partie de l'Amérique et de notre époque.

Le propos d'Hannah Arendt reflète également une situation actuelle et qui n'a fait qu'empirer au point de laisser un peu partout dans les pays occidentaux les citoyens désabusés.

La victoire de Trump (personnage atypique qui ne ressemble en rien aux candidats républicains du passé par son style son langage, comme une espèce de monstre déstabilisant et qui a commencé par effrayer les élus républicains eux-mêmes) est très certainement due au rejet des Démocrates et autres Républicains plus présentables. D'ailleurs ses partisans disent souvent : lui au moins fait ce qu'il a dit. Ce qui démontre combien les mensonges des prédécesseurs qui ont laissé les inégalités prospérer, à conduit à une situation effectivement sans précédent et à une perte de confiance dans les élus traditionnels.

On retrouve la même chose ailleurs :"mon ennemi c'est la finance" par exemple.

Le texte d'Hannah Arendt est très clair sur ce point.

C'est en cela que "les horribles causes" sont dans cette article, à mon sens, très édulcorées.

Bien à vous

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Le trumpisme est bien décrit, les origines, les faits et méfaits, contenu et contenant. Mais personne n'a trouvé pour le moment le début du commencement d'une solution à cette vague morbide et fascinante. Et l'Europe est touchée. Arrivée prochaine en France. Epoque nihiliste où le désir d'en finir va peut être trouver son accomplissement, la pression sur la détente  encore plus forte du fait des événements climatiques extrêmes que nous ne pouvons plus éviter. Les 2 phénomènes vont se conforter l'un l'autre.

 

Fascinante ? Lapsus ?

NON !

Je ne crois absolument pas que citer David Axelrod constitue une façon de se ranger à l'opinion de ceux que l'on a critiqué. J'ai lu et écouté D. Axelrod durant la campagne de 2008 et durant les deux premières années de mandat d'Obama. J'y ai systématiquement trouvé des éléments d'analyse intéressants en dépit du fait qu'il travaillait pour le président.

 

Je n’ai pas cherché à faire une critique explicite de l’article mais je pense que mon commentaire montre assez bien en quoi l’analyse de l’article est erronée. S’agissant de Kanavaugh, nous avons une divergence mais je publierai sans doute un billet ce qui nous donnera l’occasion de poursuivre la discussion sur ce point.

Quand les "adversaires" politiques s'appellent trump ou lepen, il n'y a plus de possibilités de consensus, de moyen-terme, d'accord. Il n'y a plus que la lutte, c'est à dire la loi du plus fort. D'abord dans les urnes, mais, c'est à craindre, de façon plus radicale. L'avenir le dira.

Bon commentaire, facilement transposable chez nous. Et comme chez nous, on a tenté de décrédibiliser le seul opposant qui peut changer la donne et redonner confiance aux exclus de la mondialisation pour imposer une Clinton qui aurait certes été la première femme présidente mais qui n'avait rien à apporter pour redresser cette faillite morale et intellectuelle dont vous parlez. heureusement, ces mid-terms semblent annoncer l'émergence d'un renouveau de la gauche américaine dont on espère qu'il n'arrivera pas trop tard.

Oui. Très juste. Terrible. Et des commentaires formidables ci-dessus, intelligents, pertinents. Maintenant... on met quel récit en face de ce raz de marée ?

(Juste un petit truc : "...déployer à la frontière 15 000 soldats chargés de repousser l’« invasion imminente » de « dangereux extraterrestres illégaux », une métaphore désignant la « caravane » de migrants venus du Honduras. Problème de traduction : "illegal aliens", ce ne sont pas des extraterrestres, juste des étrangers.)

  • Nouveau
  • 09/11/2018 15:17
  • Par

Suceur de sang

 

Est-il fini ,

Avec une paille, et sa cigarette dans l'autre main, boit-il ce sang au petit déjeuner ? Il veut siroter et quelque chose l'empêche, son oiseau en cage qui piaille et voudrait des graines de chènevis de type exotique.

Avec des ailes aux plumes manquantes, son bec allongé est vraiment de bas profil, l'oiseau qui lui réclame au bon monsieur à l'allure sobre, qui aurait demandé la veille à son boucher moderne, pour sa friandise hebdomadaire, des bocaux de sang de boeuf à glouglouter, pour accompagné son repas de charcuterie soit quelques rondelles de salami aux pistaches, en un petit encas pour lui permettre d'avoir son repas salé matinale.

Et certains se plaignent de la violence de Trump!

  • Nouveau
  • 09/11/2018 15:25
  • Par

Quel manque d’imagination et quelle vulgarité!  De beaux spécimens du monde d'en haut éructant leur colères sont manifestement de sortie sur ce fil et ils ont encore perdus leurs lunettes!

Et si au lieu de s'enfoncer en polémiques absconses et mortifères,  ils réfléchissaient sur le déclassement? Le phénomène massif du décrochage des classes moyennes?

Et si ils pensaient le vocabulaire?

Au lieu s'enfermer dans des formules éculées du genre: Les racistes...,  la société ouverte contre la société en replis, c'est un porc,extrême-droite et gnagnagna, si on parlait  plutôt des mieux armés contre les plus exposés?

La question  changerait de perspective ? Elle  deviendrait peut-être celle-ci:  Quel quantité de points d'efficacité pourraient concéder les mieux armés aux plus exposés pour faire société?  Afin que les autres puissent rejoindre le peloton?

Condescendre à mettre le frein au TGV actuel suppose un brin d'empathie !

Quand on insulte telle partie de la population en l'affublant de  "panier des déplorables , racistes, sexistes, homophobes,  etc, (Hillary Clinton) , on à envie de se dire" Mais quel mépris de classe...!

C'est peut être ça qui vous chipote, empathie ou non , votre monde réalise qu'il va devoir bouger!

Bouger pour prendre en compte les intérêts des catégories populaires.

Elle on joué le jeu de la mondialisation, pourtant ! L'Europe, elles y croyaient!

Les présenter aujourd'hui comme des racistes, partisans du repli populistes est une entreprise facile afin délégitimer leur diagnostic (qui ne manque pourtant pas de bon sens!)

Leurs doléances sont assez simple; les gens veulent travailler, et veulent préserver un capital social et culturel que le monde d'en haut préserve jalousement.

Il n'y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre!

 

 

Brave Heart. Idiot utile. On s'émerveille de vos lunetttes à inverser le réel. Vous baptisez "plus exposés" les Trumpistes et leurs homologues populistes du monde entier, cette classe ontologiquement blanche, chrétienne, ex-dominante effectivement sur la pente fatale. C'est leur monde, mon cher, pas le mien, qui est contraint de bouger face aux transformations de la planète, aux interdépendances de plus en plus cruciales à mesure que la population explose et que les ressources s'épuisent. Le mien est ouvert, fluide, prêt à s'adapter. Trouvez toutes les excuses bêlantes que vous voudrez à leur haine, leur mépris de l'autre, oui, leur racisme, leur hâte à tout barricader,  bâtir leurs murs, verrouiller leurs frontières, ils n'en restent pas moins des nostalgiques d'un ordre oppressif qui ne reviendra plus. C'est ça l'Amérique, un pays sans arrêt remodelé par ses vagues migratoires qui nourrissent et changent sa population. De l'empathie pour ces gens ? De la compréhension ? Et vous parlez de prendre en compte les catégories populaires ? Mais ce sont elles, les Noirs, les femmes, les jeunes, les hispaniques, la femme de ménage de Los Angeles, le gay du Texas, le Juif de Pittsburgh, qui ont mis un pain à votre gros porc, avec le renfort, il est vrai des "classes éduquées". "Éduquées", vous comprenez le mot, ou bien le confondez-vous avec "supérieures" ? L'ignorance des gens que vous prétendez défendre s'est forgée à base d'obscurantisme, de fanatisme religieux, d'abêtissement télévisé, d'avilissement moral, de refus armé de la culture et de la connaissance. Quel "capital social et culturel" veulent-ils préserver ? Le droit d'imposer les Dix Commandements et les délires conspirationnistes d'Alex Jones au reste du monde ? Le droit de défiler en cagoule pointue avec des croix gammées ? Alors le diagnostic de vos petits copains (qui appellent à longueur de temps à la guerre civile… et stockent les armes pour ça) inutile de vous dire où on se le met. Un peu comme votre compassion hypocrite. Quant à ma vulgarité, elle vous emmerde, pardon de vous le dire. 

 Heee bin dite donc, j'ai touché une corde sensible, on dirait !

Épargnez-moi vos leçon de morale, car votre présentation sociologique est  fausse ou tellement superficielle qu'elle frise le ridicule! 

Il est indicutable aujourd'hui  que  Trump à été porté par un vote inattendu, de femmes ( 42%)  les minorités noires hispaniques et asiatiques (minorités qui représentent, tout de même, entre 25 et 30% du corps électoral,  les plus éduqués, chez les femmes notamment, l'écart chez les diplômés n'est pas aussi important qu'envisagé par les sondages. Si Hillary Clinton s'impose ce n'est qu'avec 51% des suffrages contre 45% à son concurrent. On note aussi que chez les femmes sans appartenance déclaré à un parti, les résultats sont équilibrés: 47% contre 43%.  Le score de la candidate démocrate chez les Afro-Américains est à relativiser. Il est moins important que  celui d'Obama en 2012 (93%) et les Afro-Américains se seraient moins mobilisés que pour les deux précédentes élections. Je note que  Le cœur économique et financier des Etats-Unis par contre  est très, très démocrate puisqu' ils sont 87,2% à avoir voté pour  Clinton

Vous voyez bien qu'entre votre romance et la réalité il y à un écart  significatif mais en bon  clone de ceux que vous prétendez combattre, Il vous faut fabriquer l'ennemi , (ici, l'homme blanc beauf ontologique) 

 Cette fracture que vous mettez en scène habilement pourrait être amusante si elle ne rétrécissait dramatiquement l'horizon des choix politiques

Mais, cher monsieur, il faudra bien vous y faire, Trump est bien l'infamant  rejeton de la morgue  de vos amis  technocrates onctueux, délocalisés à New York ou à Bruxelles, imposant des mesures impopulaires au nom de l’expertise et de la modernité.

 

 

  • Nouveau
  • 09/11/2018 15:30
  • Par

Au vu de cette énormité, l'élection de Marion Maréchal-Le Pen en 2022 est-elle ABSOLUMENT IMPOSSIBLE ?

 

Cagnotte,

Excellent commentaire, mais qui valide encore plus ma question. En quoi n'ai-je rien compris ? Ce qui a amené Trump peut amener Marion. Il me semble.

Un détail mais tout de même, je « ‘interrogeais sur la citation « dangereux extraterrestres illégaux », une métaphore désignant la « caravane » de migrants venus du Honduras, dans la mesure où, en anglais (des Etats-unis au moins), l’etranger et l’extraterrestre ont tous deux la même traduction, « alien ». D’où, peut-être, une confusion.

Votre article est essentiel pour la lutte.

Bravo

Un grand merci :-)

Ici, comme aux USA, les élections ne sont plus que des concours du menteur le plus séduisant.
Alors il est tout à fait normal quel le plus menteur gagne.
Et c'est d'autant plus facile, qu' on ne parle plus de politique, mais uniquement de sociétal, et que sur ce terrain, le fantasme règne et qu'il n'y a plus aucun matérialisme possible.
La "gauche", porte une très lourde responsabilité dans cette dérive, c'est elle qui a remplacé le discours politique, par le discours écologique ou sociétal.
Elle avait tellement peur de sa clientèle,  qu'elle à tout fait pour "parler d'autre chose".
Et sa clientèle a compris le message.


Que nous dit D Trump ?

Il nous dit que si nous n'allons pas vers une démondialisation de nature écologique, démocratique (assez proche de certaines formes d'anarchie, à mon sens) alors on aura une démondialisation (ou un semblant de) prise en charge par l'extrême droite.

Bref, il nous dit un truc évident.

+++

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Quels étaient les électeurs d.obama ou Clinton 

+++1

Ce sont peut etre de faux chiffres.

You are not "lonesome"!

In fact, more and more citizens are beginning to see the reality behind the dominant media coverage.

That is: "the land of the free" is a plautocracy!

Merci pour votre commentaire. Un article de bon ton. L'Amérique d'Obama et de Clinton (ouverte, fluide, moderne) contre l'Amérique des ploucs. Rien d'autre et point final.

Derrière les chiffres il y a le fait que  Trump à été porté par un vote inattendu, de femmes ( 42%)  les minorités noires hispaniques et asiatiques (minorités qui représentent, tout de même, entre 25 et 30% du corps électoral,  les plus éduqués, chez les femmes notamment, l'écart chez les diplômés n'est pas aussi important qu'envisagé par les sondages. Si Hillary Clinton s'impose ce n'est qu'avec 51% des suffrages contre 45% à son concurrent. On note aussi que chez les femmes sans appartenance déclaré à un parti, les résultats sont équilibrés: 47% contre 43%.  Le score de la candidate démocrate chez les Afro-Américains est à relativiser. Il est moins important que  celui d'Obama en 2012 (93%) et les Afro-Américains se seraient moins mobilisés que pour les deux précédentes élections. Je note que  Le cœur économique et financier des Etats-Unis par contre  est très, très démocrate puisqu' ils sont 87,2% à avoir voté pour  Clinton

Peuvent pas ils ont tous soutenu le monde avant Trump. (Et le soutiennent encore), ils écrivaient que le parti démocrate était socialiste (a la mode frenchy sans doute) et maintenant parlent de 2 jeunes socialistes élues. En fait ils ne savent pas où ils habitent.

Pour ajouter à notre discussion, j'ai visionné hier cette vidéo d'E Todd. Le passage entre 1h27min40 et 1h37min00s sur le journalisme et qui se conclut sur Trump et les média américains est à mon sens très bon.

https://www.youtube.com/watch?v=6adEOQR3ea4

 

Floride et Arizona ,deux femmes,vont peut être basculer démocrate et du coup Trump n'aura plus la majorité au Sénat,ils avaient annoncé les résultats , de ces 2 états,alors que tout les bulletins n'étaient pas encore ouverts,suspens!!!.

Le président Trump représente tout ce que je désapprouve mais un fait me trouble.

Tout en renforçant l’armement nucléaire des États-Unis et contribuant ainsi à ce que l'humanité se trouve à "deux minutes avant la guerre nucléaire" ( https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/010318/deux-minutes-de-la-guerre-nucleair ), Trump semble être résolument contre une telle guerre:

In 2004, Trump mentioned his uncle when a Playboy interviewer asked him to explain why he doesn’t think his buildings will still be standing in 100 years:

I had an uncle who was a great professor and a brilliant man — Dr. John Trump, a professor at the Massachusetts Institute of Technology. His whole life was devoted to the study and eradication of cancer, and sadly, he died of cancer. But he was a brilliant scientist, and he would tell me weapons are getting so powerful today that humanity is in tremendous trouble. This was 25 years ago, but he was right. The world is rocky, and some terrible things are going to happen. That’s why I lead the life I do. I enjoy it. I know life is fragile, and if the world looks like this a hundred years from now, we’ll either be very lucky or have found unbelievably good leaders somewhere down the line.

A month before Trump was inaugurated, Mother Jones looked at Trump’s many public remarks about nuclear war and noted that he’s often spoken as if he thinks nuclear war is inevitable. Here’s Trump in a 1990 Playboy interview:

I’ve always thought about the issue of nuclear war; it’s a very important element in my thought process. It’s the ultimate, the ultimate catastrophe, the biggest problem this world has, and nobody’s focusing on the nuts and bolts of it. It’s a little like sickness. People don’t believe they’re going to get sick until they do. Nobody wants to talk about it. I believe the greatest of all stupidities is people’s believing it will never happen, because everybody knows how destructive it will be, so nobody uses weapons. What bullshit. (Souligné par PB.)

(…) Several weeks later, during his first debate with Hillary Clinton, Trump said he would not conduct a nuclear “first strike” — but in the same breath, he said he would leave all options open. “I would like everybody to end it, just get rid of it. But I would certainly not do first strike. I think that once the nuclear alternative happens, it’s over,” Trump said, adding moments later, “At the same time, we have to be prepared. I can’t take anything off the table.” (…) There’s little evidence that being president has expanded Trump’s understanding of nuclear issues. In the midst of last week’s war of words with Kim Jong-un, Trump offered Americans the false assurance that he’s fixed up the U.S. nuclear arsenal in the past six months — though with well over 4,000 nuclear warheads, insufficient fire power against North Korea is certainly not a concern.

My first order as President was to renovate and modernize our nuclear arsenal. It is now far stronger and more powerful than ever before....

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) August 9, 2017

...Hopefully we will never have to use this power, but there will never be a time that we are not the most powerful nation in the world!

Donald J. Trump (@realDonaldTrump)

August 9, 2017 http://nymag.com/intelligencer/2017/08/trump-thinks-about-nukes-a-lot-doesnt-know-much-about-them.html?gtm=top&gtm=bottom

Trump n'en est pas à une incohérence près mais ces opinions sont ancrées dans son enfance, donc probablement solides.

Mais il joue alors une partie de poker extrêmement dangereuse pour l'humanité.

nucleaire-arret-durgence

Merci d'avoir analysé ce qui semble événement mais dont les causes travaillaient sourdement . Il me semble cependant nécessaire de ne pas oublier que ce surgissement "inattendu" a bien été servi par les découpages et autres entourloupes et aussi par la façon dont on peut emporter une présidentielle en étant minoritaire en voix vives de citoyens.

Au-delà de la sorte de délire, cette sortie irrationnelle de la raison qui semble atteindre des gens, aux USA, au Brésil, en Hongrie et ailleurs, pourquoi ne pas convoquer les analyses de Gustave Le Bon, de Gabriel Tarde et de Reich aussi, celles qui ont trait à la psychologie des foules, du public et des phénomènes d'imitation-contagion engendrés aujourd'hui par les réseaux sociaux qui fabriquent des groupes qui s'agrègent et s'imitent dans la surenchère des états émotionnels si poreux aux discours manipulateurs qui trouvent terre féconde chez ceux tout disposés à embrasser les formules et slogans, les propos fallacieux, les mensonges tant ils veulent croire à quelque chose qui leur paraît ferme, solide, tant ils ont besoin de certitudes définitives, d'autant plus immuables qu'elles sont assises sur des fantasmes de suprématie, d'identité et d'origine qui les exhaussent hors de leur condition,  sur des mythes donc oublieux des conditions qui les a faits naître.  S'y ajoutent bien sûr le ressentiment, la volonté de revanche et la peur de l'autre qu'ils supposent être là pour les "déclasser" matériellement, culturellement? Et puis encore, le culte du héros, un héros proche - qui parle comme eux ou comme ils voudraient parler, biberonnés comme ils le sont pour beaucoup, aux produits de l'industrie culturelle - mais surplombant, transcendant par sa "réussite" et le reste du montage réaffirmé, tweeté ...

Et puis, un doute: que se serait-il passé si Trump avait eu face à lui Bernie Sanders et non Hillary Clinton? Ces mêmes phénomènes de "masse", de "public" et de "foule" n'auraient-ils pu engendrer d'autres émotions ce qui à coup sûr aurait vraiment été "événement"?

  • Nouveau
  • 09/11/2018 21:31
  • Par

Ce qui est flagrant c'est que les suporters de Trump sont grave a l'ouest et que du coups en réalité ils ne sont pas "bâtis" pour durer face a la multiculturalité

Résistance

Je suis toujours un peu glacé par ce genre d'analyse, très argumenté, qui ne semble aboutir in fine qu'à conclure "on s'est trompé mais on avait raison".

Il faudra un jour prendre le temps de regarder les électeurs de Trump et de quelque autres sans se coller auparavant des lunettes d'autojustification avec fonction automatique de supériorité morale intégrée.

Cela permettra peut-être de comprendre comment on les a fait!

Sinon, oui, Marine Le pen sera présidente dans pas longtemps...

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Le gerrymandering à l’immeuble près, la privation de droits civiques même pour des délits ( …et non uniquement pour des crimes au sens français, erreur constante de traduction), tout ça c’est fondamental pour saisir les particularités du processus électoral américain. Mais il y a un autre élément essentiel que les Français ont du mal à intégrer, c'est que le républicain de base est presque toujours pro-armes, que le démocrate est essentiellement pro-contrôle et que ça pèse des tonnes dans les élections.
Pour motiver ses troupes lors de ses meetings, Trump évoque toujours sans tarder sa position sur les armes, et c’est ce point qui déclenche le plus d’acclamations. C’est là que se situe la ligne de fracture : on se positionne sur les armes et après seulement on peut discuter du reste. Qu’il y ait plus d’une arme par adulte aux USA, ça tous les français le savent. Mais d’autres chiffres permettent de comprendre les résultats des midterms et d’imaginer les évolutions possibles.
Le nombre d'armes possédées par des civils a, certes, augmenté de 71% entre 1994 et 2015. Mais en réalité  3% seulement de la population en possèdent 50%. La moyenne est de 17 armes par possesseur. Seuls 32% des hommes et 12% des femmes disent en posséder. Mais on sait par ailleurs que les épouses républicaines votent presque toutes comme leur époux ou leur fils armés, ce qui augmente le poids des pro-armes dans les votes.
Ce pourcentage d'Américains opposés au contrôle des armes constitue la base irréductible de l’électorat de Trump. Pour eux, rien ne va plus parce qu’on n’ose plus utiliser la force pour régler les problèmes. Plus ils se sentent affaiblis, plus ils sont convaincus que clef de tout c’est d’avoir des armes et de pouvoir s’en servir « en cas de besoin .» La politique de santé, le droit des femmes, la politique internationale, c’est secondaire.
Dans les grandes lignes, les chiffres concernant les armes sont cohérents avec ce qui sort des urnes et il est illusoire d’espérer une évolution de ce « cœur de cible » trumpiste car, face à l’intensification des réactions aux tueries de masse, seul Trump s’affirme totalement inébranlable face aux demandes de contrôle. Ni les républicains modérés ni les démocrates n’auront jamais rien d’aussi fédérateur à leur proposer.

https://www.theguardian.com/us-news/2017/oct/02/us-gun-control-ownership-violence-statistics

  • Nouveau
  • 10/11/2018 04:12
  • Par

Et Christian Salmon de nous expliquer le pourquoi du comment du portnimwak de la presse internationale des 2000 milliardaires de ce monde et affidés qui au lieu de permettre une raclée à Trump le renforce... 

Enfin Monsieur Salmon depuis plus de 150 ans le Président en place n'a gagné les mid terms que 3 fois. 

Pas besoin de trois pages de "votre fille est muette, cela vient de ce qu'elle ne parle pas" ... pour comprendre enfin que de guetter l'envol de la moumoute de Trump ou la couleur de son slip tout le monde s'en tape et que même ... tant attaqué il est tant sympathique il devient à ceux qui sont victimes d'un système que cette presse là vante... 

C'est la presse cousine qui a fait la victoire de Bolsonaro !!! la même renforce Trump. 

Et en face... une poignée de démocrate socialistes avaient un programme.. une poignée et il faut s'en réjouir... les autres c'est la bande à Clinton allant à la soupe des lobbys sans aucun projet politique que de l'anti trump guetteurs de moumoute ! 

Rien d'autre...

Si on veut battre tous les Trumps de la terre il faut proposer un système alternatif au système qui a amené Trump au pouvoir ... Et lutter ... et parler aux gens ensemble, collectivement et arrêter d'urgence de considérer les pays comme des patchworks de communautés d'intérêts, ethniques ou de moeurs ce qui revient à se battre avec les armes des fachos... alors qu'à ce jeu ils seront toujours les mieux armés. 

Le dénigrement continuel sur la personne... l'investigationmania du NYT et d'autres par le monde ne remplaceront jamais une vision politique alternative où les gens peuvent se projeter, intervenir et adhér-agir ! 

Ici vous nous dîtes en substance que vous n'aimez pas les épinards et vous écrivez trois pages qu'on peut trouver dans n'importe quel canard d'un nabab quelconque sur la texture, le goût dégueux des épinards et en plus la manière avec laquelle ils ont été cuisiné... Bah si les gens ne savent pas ce que vous avez à leur proposer d'autre, il préféreront s'en tenir aux épinards aimés ou pas... si vous leur proposez un cassoulet alors parlez nous du cassoulet pour détruire l'envie d'épinard. 

Donc contre Trump rien ne vaut le cassoulet ... me direz vous... Vous y êtes presque . 

 

Qu'est-ce que vous nous racontez sur les épinards ? C'est très bon et très fin les épinards, c'est plutôt du big mac dont vous voulez parler ?

Salut Phylloscopus, 

Non pas du big mac... je suis d'accord sur les épinards... et le cassoulet ma foi, vaut mieux pas en abuser. 

Mais la grosse caisse anti trump doit laisser maintenant place à la proposition d'une alternative à sa politique.. un programme différent du sien.. Or ce n'est ni le propos des médias, ni non plus celui des démocrates Clintoniens.. 

Clinton a entraîné dans la défaite son parti ... comme Royal et Hollande en France ont coulé le PS par la soumission au dogme néolibéral. 

Tout ça me rappelle la jolie formule du regretté Georges FRÈCHE : «Je fais campagne pour des cons et je suis élu par des cons.» Comme quoi les Amerloques ne sont pas toujours des prédécesseurs ?

  • Nouveau
  • 10/11/2018 11:35
  • Par

Demain 11 novembre, Macron reçoit en grande pompe le Capo dei Capi, grand chef des politiques antisociales, racistes, sexistes et guerrières, pour "commémorer" le centième anniversaire de la fin (provisoire) de la Grande Boucherie, et pérorer avec ses collègues bellicistes à ce qu'ils appellent sans honte "le Sommet de la Paix", en notre nom...

trumplaguerre

img-5080

 

 

 

 

 

 

 

Le 11 novembre, Trump Not Welcome in Paris !

  • Nouveau
  • 10/11/2018 23:12
  • Par

quelques jours après les élections, la "vague bleue" apparait beaucoup plus nettement. Aux USA le système éléctoral conçu avec les pieds fait que les derniers bulletins sont reçu par courrier quelques jours après l'éléction et le dépouillement final prend jusqu'à une semaine. donc pour la chambre des representants on annonce chez Nate Silver des prévisions à 38 sièges repris aux républicains, soit une confortable majorité d'une quinzaine de députés.

pour ce qui est du sénat, la majorité républicaine pourrait osciller entre 51 et 53 (sur 100) au lieu des 53 initialement prévus.

Le problème c'est qu'en Floride, Georgie et Californie, le compte des derniers bulletins reçus par courrier est favorable aux démocrates, et les previsions initiales sont en train de basculer vers les démocrates pour une partie d'entre eux. en Floride et en Georgie, où l'éléction sénatoriale est contestée; et où l'écart est de quelques dixiemes de points, les républicans et Trump essaient d'empecher les benevoles de finir le compte, et accusent les democrates de fraude. ça donne vraiment une idée d'à quel point le système electoral americain est corrompu jusqu'à l'os quand des élus contestent l'idée même de compter toutes les voix.

En Géorgie il semble que l'éléction ai été volé en bonne et due forme par les républicains qui ont procédé à des suppressions massives des élécteurs des listes éléctorales (depuis 2012 il est question de plusieurs millions d'élécteurs supprimés soit plus de 10% de la population de l'état!)

https://www.theguardian.com/us-news/2018/nov/10/georgia-election-recount-stacey-abrams-brian-kemp

il est vraiment essentiel de mettre les manipulations éléctorales en avant dés qu'on parle des éléctions americaines et de "l'amerique de Trump".

  • Nouveau
  • 10/11/2018 23:26
  • Par

post de 15:45:   Peut on m'expliquer en quoi inviter le Gros Porc Orange de la Maison Blanche aux cérémonies du centenaire de l'Armistice (rebelote après celles du 14 juillet) honorerait la France et ceux qui ont combattu dans cette guerre  ?

Euh... il y a quelques américains qui sont venus combattre dans cette guerre à nos côtés en 1917 et surtout en 1918. Et puis, il y a Macron qui essaye de faire parler de lui à l'international (comme pour le 14 juillet).

A ce moment-là on peut se demander aussi pourquoi Merkel.

Ce qui n'est pas acceptable c'est d'avoir honoré les maréchaux qui envoyaient des soldats dont ils n'avaient que faire au casse-pipe et qui faisaient fusiller ceux qui refusaient leurs ordres débiles.

  • Nouveau
  • 11/11/2018 11:21
  • Par

Questions à Christian Salmon.

Comme souvent, vous livrez les meilleures analyses du phénomène Trump, tout médias confondus. Je suis en train de lire Fear de Bob Woodward. Ce qu'ont pu témoigner les collaborateurs de Trump à la maison blanche renforce cette analyse et cet avertissement: la base électorale Trumpienne est solide et elle est vitale pour Trump. Elle nourrit le monstre.  En politique, les dynamiques (surtout de rejet) sont plus fortes que tout. Beaucoup d'Américains se sont mobilisés contre l'Etat pour abattre un "système" qui remet en question leur prévalence raciale et historique.  Les simples chiffres qui signalent que cette Amérique là est effectivement minoritaire ne doivent pas nous rassurer car leur mobilisation est sans égale par rapport aux anti-Trump, qui ne sont sociologiquement qu'un agrégat de minorités aux intérêts souvent divergents. Qu'est-ce qui tient les partisans de Trump, et pas seulement les plus radicalisés d'entre eux?

Il y a un angle mort dans votre analyse: le fait religieux. Il est peu de dire qu'en France nous nous ne comprenons plus grand chose au lien puissant qui associe fait religieux et fait politique (J'ai une thèse en cours de finalisation sur cette articulation en terre africaine) .  L'électorat de Trump s'est renforcé auprès de conservateurs qui méprisaient un personnage fort peu chrétien. Ce paradoxe mérite d’être étudié. Aussi je vous pose la question: dans quelle mesure adhèrent-ils à sa politique sachant qu'il est l'exact opposé de cet idéal puritain du bon WASP ? Cette adhésion n'est-elle que l'expression d'un compromis historique (faute de mieux) et un rejet des politiques progressistes  en faveur des minorités comme le suggèrent certains analystes ? On sait que Trump incarne une certaine vision virginale du capitalisme états-unien (il est perçu comme un "batisseur") d'avant la globalisation financière (dont il a pourtant bien profité...). L'Amérique s'est toujours vécue comme une utopie réalisée suivant la brillante formule de Jean Baudrillard. L'Amérique originelle, celle des communautés rurales a été celles de sectes religieuses protestantes (Voir chapitre éponyme de Max Weber dans L'esprit du capitalisme). N'y a t-il pas pas derrière un retour fantasmé aux sources, une réification de l'Amérique virginale blanche des pilgrim fathers qui fuyaient l'impureté des sociétés historiques européennes ? N'est-on pas en train de vivre un retournement historique majeur, une contre-révolution (un chant du cygne?) qui remet radicalement en question l'entrée progressive de l'Amérique dans l'histoire, c'est à dire dans le jeu des nations à travers la globalisation du capitalisme (promu par ceux-là même qui entravent l'action de Trump à la maison blanche, Voir Fear, Woodward)?

Bonjour,,,

TRUMP organise une guerre civile dans son propre Pays !!!

Sur une idéologie,,, de migrant BAPTISTE sectaire, raciste et violent armé !!! !!!

C'est son problème !!! !!! !!!

Disent,,, POUTINE et les autres §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Même,,, qu'il fait copain copain avec les Nationalistes des ex-pays des Empires d'avant 14-18 !!! !!! !!!

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

C'est le pire des RINGARDS du XXI siècle !!! !!! !!!

Même POUTINE NE PEUT ACCEPTER cette attitude !!! !!! !!!

TRUMP !!!

SEUL,,, au nom de tous les citoyens des USA,,,

A fait claquer la porte,,, pour son Pays,,, de l'UNESCO, de l'ONU, de l'accord de PARIS, etc,,, etc,,, !!!

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Et si tout simplement le peuple avait compris , décrypter les mensonges qu'on lui raconte ici comme ailleurs et que faute d'offre politique alternative il se réfugiait dans le rejet . Je suis chaque fois très étonné de voir à quel point les journalistes qui pourtant devrait être à l'opposé de cette démarche reprenne et légitime comme si cela était naturel "le storytelling" des dirigeants . Ils n'ont pas compris ce qu'est le storytelling . Littéralement construire une histoire alternative aux faits  .

  • Nouveau
  • 12/11/2018 19:56
  • Par

"Les résultats jetaient à bas la belle histoire progressiste des démocrates, qui voulait qu’après avoir porté à la Maison Blanche le premier président noir, ils allaient ouvrir ses portes à la première femme présidente." Haha c'est beau comme du Nancy Pelosi. Je crois que j'ai arrêté de lire cet article sérieusement à partir de cette phrase-là.

Sinon du côté extrême de l'arc de la gauche identitaire des belles personnes - qui font des serments au 104 - j'ai l'impression qu'on est tout autant à côté de la plaque. Par exemple, Eric Fassin pense qu'AOC, Rachida Tlaib et autres ont gagné parce qu'elles auraient aussi mis en avant leur identité de femme latina ou musulmane plutôt que la lutte des classes. Non non... Elles ont gagné parce qu'elles ont fait une campagne "populiste" (c'est comme ça qu'ils disent là-bas) et en défendant un programme bien socialo. "I run from the bottom", c'est un slogan emblématique de la campagne d'AOC.

Sinon j'adhère à tous les commentaires de Lonesome Cowboy. D'ailleurs ce serait intéressant qu'il publie un billet contre-points dans son blog.

J'ajouterais que la critique médiatique de Salmon est un peu faible surtout quand on sait que pendant les primaires MSNBC et CNN ont passé des heures et des heures de meeting de Trump accessoirement pour le basher alors que pour B. Sanders leur couverture était infime. Et après les élections ça ne s'est pas arrangé... Pendant que Fox News léchait ouvertement les bottes de Trump, CNN s'est perdu dans les histoires de Stormy Daniels et MSNBC est parti dans un délire complotiste anti-russes (Brrrrr... Rachel Maddow, LE symbole de la défaite intellectuelle de l'establishment médiatique pro-dem).

 

Un clip de Showtime pour finir :

https://youtu.be/25mArQYdnjg

 

 

TRUMP,

Avec " TWITTER " ,,, il devient MANAGER des DICTATS,,, au nom des citoyens de son pays!!! !!!

C'est au SÉNAT de ce pays, de demander la fermeture de "son compte TWITTER", pour MANQUE GRAVE au respect de la CONSTITUTION, de la part du DIRIGEANT de ce même PAYS !!! !!! !!!

Cordialement.

Faite gaffe !, vous risquez de ne pas y couper...à cause de l'avènement irrésistible de Big Donald, dans les repas de famille de fin d'année..le gros con incompressible qui divague jusqu'à épuisement, sera tenté de mettre les 2 pieds sur la table !, pour affirmer son nouveau magistère, sans tambours ni trumpettes !

Merci,,,

Pour ce conseil !!!

Donc,,, à NOËL,,, DONALD ne sera pas un dessin animé ???

Merci,,, d'en informer,,, tous les citoyens de cette Planète et,,, surtout,,, leurs enfants !!! !!! !!!

Ce,,, nationaliste,,,  Prince sur TWITTER va se péter la gueule,,, en tombant de la table... sans cadeau...

Cordialement.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale