Kimberlé Crenshaw: «Les femmes, surtout les jeunes, sont parmi les plus mobilisées contre Trump»

Par

Théoricienne de l’intersectionnalité, la juriste américaine Kimberlé Crenshaw salue le renouvellement de l’aile gauche du parti démocrate au travers de figures féminines, qui se nourrissent de leur propre expérience des marginalités pour lutter en faveur de la justice sociale. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a trente ans, la juriste américaine Kimberlé Crenshaw mettait au point un concept théorique clé, l’intersectionnalité, afin de relever la spécificité des discriminations subies par les femmes africaines-américaines en raison de leur sexe et de leur couleur de peau, et de critiquer le droit américain incapable de prendre en compte cette situation. Rapidement, la théorie de l’intersectionnalité s’étend et se diffuse. Elle devient un outil, voire un couteau suisse pour tenter de définir l’impact d’oppressions plurielles, qui se croisent et parfois s’agrègent, en raison du sexe, de la classe, de la race, du handicap ou de l’orientation sexuelle d’une personne.