Une entraide judiciaire contestée entre la France et Djibouti

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Emmanuel Macron se rend ce 11 mars à Djibouti avant d’aller en Éthiopie et au Kenya. Ce déplacement se fait dans un contexte paradoxal : d’un côté, le président djiboutien Ismaïl Omar Guelleh et sa famille sont visés en France par une plainte pour détournements de fonds publics, de l’autre, un réfugié politique djiboutien, Mohamed Kadamy, a été mis en examen à Paris, à la demande de son pays.