Deux cents manifestants interpellés à Paris après l’exécution de cinq Iraniens

Par
Les manifestants s'étaient rassemblés devant l'ambassade d'Iran à Paris pour dénoncer l'exécution par pendaison, annoncée le matin même par Téhéran, de cinq Kurdes iraniens. Parmi eux figurait Shirine Alamhouli dont Mediapart a pu joindre l'un des avocats.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cela s'est passé dimanche 9 mai devant l'ambassade iranienne à Paris. A l'annonce de l'exécution à Téhéran de cinq Kurdes iraniens, environ deux cents personnes se sont d'abord rassemblées spontanément sur le parvis du Trocadéro, aux cris de «A bas la dictature», «Libérez les prisonniers politiques», «A bas Khamenei (le guide suprême iranien, ndrl) » ou « Khamenei, assassin, ton règne touche à sa fin ». Pour partie membres du Comité indépendant contre la répression des citoyens iraniens (branche française du comité «Where is my vote»), les manifestants ont ensuite convergé à partir 17h vers l'ambassade d'Iran.