A Bruxelles, violent camouflet pour l'Agence européenne de sécurité des aliments

Les eurodéputés ont refusé jeudi de boucler les comptes de cette agence de l'Union, censée fournir des informations fiables en matière de sécurité alimentaire. Les élus dénoncent des conflits d'intérêts à répétition.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

De notre envoyé spécial à Bruxelles,
Les eurodéputés ont infligé jeudi, à Bruxelles, un rude camouflet à l'Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA). Une majorité d'élus (321) a refusé de finaliser les comptes, pour l'année 2010, de cette agence de l'Union, censée fournir des informations fiables en matière de sécurité alimentaire, et régulièrement critiquée pour sa proximité avec l'industrie agro-alimentaire.
« Notre argumentaire principal, pour refuser de certifier les comptes, est lié aux conflits d'intérêts au sein de l'agence », a déclaré la rapporteure Monica Luisa Macovei, une élue du PPE (droite, première force politique), à l'issue du vote. « Parce qu'à chaque fois, c'est la confiance des citoyens qui est écornée. » « C'est un signal très important, pour dire que les conflits d'intérêts dans l'industrie ne sont plus acceptables », veut croire Nina Holland, de Corporate Europe Observatory, une ONG qui milite pour davantage de transparence en Europe.
Ce vote, qui était très attendu, confirme une première prise de position, en avril, de la commission du contrôle budgétaire du Parlement. Cette dernière avait épinglé, dans un rapport musclé, divers conflits d'intérêts et cas de “pantouflages”, qui minent, selon elle, la crédibilité de l'agence. Et d'inviter l'EFSA à « se concentrer sur l'intérêt public dans sa prise de décision indépendante en tenant compte de toutes les données et informations pertinentes ». Les élus exigent également des réductions dans les coûts des réunions du conseil d'administration (92 630 euros par réunion, soit 6 175 euros par membre).
Le vote de jeudi était toutefois loin d'être gagné. Notamment parce que les socialistes avaient préféré appeler à valider le budget de l'agence, jugeant « politiquement disproportionnée  » la position du PPE. Apparemment gênés par cette consigne de vote, les socialistes français ont choisi l'abstention : « Soucieux de ne pas entraver la bonne exécution des programmes importants actuellement menés (par les agences - ndlr), les socialistes français n'ont pas souhaité aller au-delà de l'abstention», ont-ils expliqué dans un communiqué.
L'EFSA s'est contentée, jeudi, de prendre « respectueusement note » de la décision du Parlement, et de rappeler son « engagement pour la transparence ». L'affaire est d'autant plus spectaculaire qu'elle intervient au lendemain de la démission de la présidente du conseil d'administration de l'agence, en poste depuis 2008. Diana Banati a accepté un poste à la direction d'International Life Science institute (ILSI), un lobby industriel dans la chimie et l'agro-alimentaire. L'agence l'a priée de démissionner de ses responsabilités au sein de l'EFSA.
Diana Banati est loin d'être inconnue, à Bruxelles. C'est l'eurodéputé José Bové qui avait, à l'automne 2010, révélé qu'elle occupait non seulement un poste au sein de l'EFSA, mais aussi un autre à l'ILSI. A l'époque, elle avait dû démissionner de l'ILSI, pour rester à l'EFSA. Ce nouvel épisode est « particulièrement scandaleux », a réagi, jeudi, José Bové : « L'ILSI représente 400 entreprises du secteur de l'agro-alimentaire qui pèsent de tous leurs poids pour faire passer les OGM en Europe. »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Politique — Enquête
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Éducation et enseignement supérieur — Parti pris
par Mathilde Goanec
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Corruption — Analyse
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan
Iran : un pays en révolte
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Justice — Reportage
Des septuagénaires jugés pour avoir menacé de mort une enseignante « islamo-gauchiste »
Lors de la polémique qui visait Sciences Po Grenoble en mars 2021, certains journalistes à l’instar de Pascal Praud et Caroline Fourest, avaient accusé à tort une enseignante. Après avoir subi une vague de cyber-harcèlement, celle-ci avait porté plainte contre dix personnes.
par David Perrotin
Santé — Reportage
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel