L'ex-Premier ministre Mahathir revient au pouvoir en Malaisie

Par
L'ancien Premier ministre Mahathir Mohamad a été investi jeudi chef du gouvernement de la Malaisie après la victoire surprise de l'opposition aux élections législatives.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

KUALA LUMPUR (Reuters) - L'ancien Premier ministre Mahathir Mohamad a été investi jeudi chef du gouvernement de la Malaisie après la victoire surprise de l'opposition aux élections législatives.

Le monarque malaisien, le sultan Muhammad V, a reçu dans la soirée au palais royal de Kuala Lumpur la prestation de serment de Mahathir Mohamad, 92 ans, qui a déjà gouverné le pays pendant 22 ans, entre 1981 et 2003.

La coalition des quatre partis d'opposition, l'Alliance de l'Espoir, a obtenu 113 des 222 sièges de l'assemblée. Elle a obtenu en outre le soutien de 22 autres députés.

Elle a battu la coalition sortante Barisan Nasional (BN) qui dirigeait la Malaisie depuis l'indépendance obtenue de la Grande-Bretagne il y a près de soixante ans. BN a obtenu 79 sièges, contre 133 dans l'assemblée sortante.

Mahathir Mohamad, qui devient le septième Premier ministre de la Malaisie indépendante, a indiqué que son pays pourrait être amené à renégocier certains accords passés avec la Chine tout en affirmant soutenir le projet chinois de nouvelle route de la soie (BRI, Initiative route et ceinture).

"Nous n'avons pas de problème avec cela (la BRI), mais bien sûr nous ne souhaitons pas voir trop de bateaux de guerre dans cette région car un bateau de guerre attire d'autres bateaux de guerre", a-t-il dit.

Un rapport publié le mois dernier montre que la Malaisie est l'un des principaux bénéficiaires des investissements chinois en Asie avec 34,2 milliards de dollars (28,7 milliards d'euros) en projets d'infrastructures liés à l'initiative de Pékin.

L'opposition malaisienne reprochait au gouvernement de Premier ministre sortant Najib Razak, ancien protégé de Mahathir devenu son rival, d'avoir vendu le pays à la Chine, première puissance économique asiatique. Najib Razak, apprécié des marchés, était au pouvoir depuis près de dix ans.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale