Royaume-Uni: un scrutin qui rend le Brexit plus difficile

L'analyse que fait le New York Times des élections britanniques met l'accent sur la difficulté du prochain gouvernement May à mettre en œuvre le Brexit, alors que la première ministre du Royaume-Uni a échoué jeudi 8 juin à retrouver une majorité absolue au Parlement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est la principale conséquence des élections législatives britanniques : pour le New York Times, au vu du résultat du scrutin de jeudi 8 juin, le Royaume-Uni n'est absolument pas prêt pour les négociations du Brexit. Le pays a en effet « évité tout au long de l'année passée un réel débat sur le sujet », il s'est contenté du « vague argument sur les mérites d'un Brexit dur versus un Brexit mou lequel requiert davantage de compromis »... Et il se retrouve aujourd'hui sans mandat clair au Parlement sur ce dossier.[[lire_aussi]]