En Tunisie, les maires ont le blues

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tunis (Tunisie), de notre correspondante.– « C’est vraiment une souffrance, je compte les jours », soupire Slim Meherzi, pédiatre, élu l’année dernière maire de La Marsa, dans la banlieue nord de Tunis. Il y a quelques mois, il a voulu faire appliquer la loi à l’encontre d’un café construit anarchiquement, mais l’intervention du gouverneur et du pouvoir central l’a conduit au tribunal administratif.