Plusieurs réacteurs nucléaires européens pourraient présenter des risques

Par

L’Agence de contrôle nucléaire belge a fait savoir mardi 7 août, que deux réacteurs belges présentaient des « anomalies » et pourraient comporter des fissures. Vingt autres réacteurs produits par le même fabriquant sembleraient également présenter des défauts.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La méfiance est de mise, après un communiqué de l'Agence de contrôle nucléaire belge (AFNC) qui affirme que des « anomalies » ont été détectées lors du contrôle décennal de la cuve du réacteur Doel 3 situé près d’Anvers. « Si les résultats de ces analyses ne sont pas encore complètement établis à ce stade, il apparaît déjà que les capteurs ultrasoniques ont détecté sur la cuve la présence de très nombreuses indications qui pourraient s'assimiler à de potentielles fissures », indique, avec toutes les précautions possibles, le communiqué publié par l’agence, mardi 7 août. L'arrêt de ce réacteur, depuis juin, devrait se prolonger « au moins jusqu’à fin août », afin de procéder à des tests plus poussés.