« L’unité du danger », ces commandos talibans à l’assaut de l’Afghanistan

Par

Avant même la chute de Kaboul, la progression des « étudiants en théologie » témoignait d’une démoralisation de l’armée afghane et d’une professionnalisation des forces insurgées.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Militairement, les talibans ont bien changé. Même si le gros de leurs bataillons est encore constitué d’étudiants issus des madrasas (écoles religieuses) pakistanaises et de paysans qui n’ont souvent guère eu d’autre choix que de les rejoindre, des unités nouvelles sont apparues dans leurs rangs. Et ce sont elles qui ont permis, ces derniers jours, la conquête rapide de quatre capitales de province afghanes, dont des villes importantes comme Kunduz et Sheberghan.