Un Américain condamné dans le cadre de l'enquête russe

Par
Un Américain accusé par le procureur spécial Robert Mueller d'avoir dirigé un service d'enchères en ligne proposant de faux documents d'identité a été condamné mercredi à un an de prison dans le cadre de l'enquête sur l'ingérence présumée de la Russie lors de la campagne présidentielle de 2016.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

WASHINGTON (Reuters) - Un Américain accusé par le procureur spécial Robert Mueller d'avoir dirigé un service d'enchères en ligne proposant de faux documents d'identité a été condamné mercredi à un an de prison dans le cadre de l'enquête sur l'ingérence présumée de la Russie lors de la campagne présidentielle de 2016.

Richard Pinedo, un Californien qui a plaidé coupable en février dernier d'un chef d'accusation de fraude à l'identité, pourra purger la moitié de sa peine à son domicile, a déclaré le juge chargé de prononcer la peine.

L'inculpation de Pinedo a été annoncée en février en même temps que celle de 13 ressortissants russes et trois entreprises russes pour ingérence dans le processus électoral américain de 2014 à 2016, dans le cadre d'une opération multiforme visant à soutenir le candidat républicain Donald Trump et à dénigrer son adversaire démocrate Hillary Clinton.

Richard Pinedo, qui n'était pas cité nommément dans l'acte d'inculpation, y était accusé d'avoir aidé les conspirateurs russes à blanchir de l'argent, à financer des publicités sur Facebook et des rassemblements politiques via la plateforme de paiements Paypal.

L'avocat de Pinedo, Jeremy Lessem, a déclaré que son client n'avait aucune idée de l'identité ou des motivations des individus ayant acheté les informations qu'il vendait.

Selon l'acte d'inculpation contre les 13 Russes, ces derniers ont utilisé les numéros de sécurité sociale et les dates de naissance de véritables ressortissants américains pour ouvrir des comptes sur Paypal, créer de faux permis de conduire et ouvrir des comptes sur les réseaux sociaux.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale