En Equateur, «le FMI est aveugle face aux conséquences» de sa politique

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un puissant mouvement social pousse Lenín Moreno dans ses retranchements. Après avoir décrété l’état d’exception le 3 octobre, s’être réfugié dans la seconde ville du pays, Guayaquil, quatre jours plus tard, le président équatorien a décrété mardi soir un couvre-feu partiel à Quito. Des manifestants ont brièvement envahi le Parlement ce jour-là.