En Belgique, le musée d’Anvers lance sa décolonisation

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Anvers (Belgique).– Le bras est ciselé dans l’ivoire. Droit comme un I, le poing fermé, sauf le pouce, dressé. Le pendentif, minuscule, est orné dans sa partie inférieure de motifs floraux. La date de fabrication est incertaine : XIXe siècle, peut-être XXe. Des cent objets congolais sortis des collections du MAS, le musée de la ville d’Anvers, pour cette exposition inédite, c’est ce poing levé que Nadia Nsayi préfère : « La première fois que je l’ai vu, j’ai fait le lien, tout de suite, avec Black Lives Matter, et le Black Power. J’y vois le symbole de la résistance des peuples Kongo », avance à Mediapart l’une des deux commissaires de l’exposition.