Brésil: les policiers privés de leur droit de parole

Au Brésil, les 436 000 policiers militaires qui patrouillent dans les rues sont privés de tout droit d’expression. Ceux qui demandent publiquement une réforme ou se plaignent de leurs conditions de travail sont lourdement sanctionnés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Brésil enregistre près de 60 000 meurtres par an et compte 436 000 policiers militaires. Chargés d’effectuer des patrouilles de rue, une tâche purement civile, ces fonctionnaires, soumis au code pénal militaire, ont l’interdiction de s’exprimer.