Lobbies du tabac: les incohérences du «Dalligate» de plus en plus flagrantes

Par

Il n'y aura finalement pas de « commission spéciale », au parlement européen, en réaction au « Dalligate », ce scandale entourant le limogeage de l'ex-commissaire à la santé, sur fond de lobbying de l'industrie du tabac. Pourtant, le brouillard entourant le dossier ne cesse de s'épaissir. Après José Manuel Barroso, le patron de l'office anti-fraude, Giovanni Kessler, est dans le collimateur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Bruxelles