Son nom ne figure pas dans les « Panama papers » et, jusqu’ici, il est toujours passé à travers les gouttes. Il appartient au cercle des proches de Vladimir Poutine, parmi ces oligarques qui raflent des commandes d’État se chiffrant en milliards et qui jonglent, dans la plus grande opacité, avec des sociétés offshore entre Chypre, Panama, les Seychelles ou encore les îles Vierges britanniques. À 52 ans Iskander Makhmudov, dont la fortune est estimée par Forbes à 3,5 milliards d’euros, a deux profils qui apparemment ne communiquent pas.