Au Soudan, les comités de résistance veillent sur la transition (et le virus)

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Khartoum, Oumdourman (Soudan).– Ils ont ressorti les drapeaux, les banderoles, les slogans et les chants. Ils sont quelques milliers, ce 11 février après-midi, à scander les mots d’ordre du soulèvement populaire : « Révolution » et « Liberté, paix, justice », et surtout à dénoncer les profiteurs, ceux de l’ancien régime toujours en place. Dans le Soudan d’après Omar al-Bachir, en transition institutionnelle vers la démocratie, les manifestants ont pu atteindre sans aucune difficulté le palais blanc un peu décrépi des bords du Nil, siège du premier ministre.