En Irak, le corps des femmes est un champ de bataille

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bagdad (Irak).– Dans la vie rêvée, Amal Ibrahim tombe son voile. Elle roule à vélo dans Bagdad, cheveux au vent. Sa mère applaudit, ne craint ni le qu’en-dira-t-on, ni les milices, ni les terroristes. Le divorce est enfin prononcé, son ex-mari condamné à payer une pension alimentaire. Dans la vie réelle, elle est coincée. Par les tabous rétrogrades, les lois conservatrices, les haines meurtrières.