Mahmoud Darwich: «Nous serons un peuple, si nous le voulons…»

Par

Décédé samedi 9 août aux Etats-Unis, le Palestinien Mahmoud Darwich devrait être inhumé mercredi 13 août à Ramallah, en Cisjordanie. En hommage à cet immense poète universel, symbole d'un monde arabe ouvert aux autres et au monde, Mediapart publie cinq de ses poèmes, tous inédits en français. Nous devons cette exclusivité à Elias Sanbar, son traducteur de toujours, et aux éditions Actes Sud, son fidèle éditeur français, où ces poèmes seront publiés dans un prochain recueil. Le premier, Si nous le voulons, est à lui seul un manifeste, promesse d'une libération qui ne serait pas une nouvelle aliénation: «Nous serons un peuple lorsque nous insulterons le sultan et le chambellan du sultan, sans être jugés». A lire à voix haute et non sans émotion, en pensant à l'injustice faite au peuple palestinien, encore privé du droit élémentaire à un Etat souverain. (Illustration: l'affiche de la mise en scène du poème Murale à la Maison de la poésie à Paris, en 2007.)

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Décédé samedi 9 août aux Etats-Unis, le Palestinien Mahmoud Darwich devrait être inhumé mercredi 13 août à Ramallah, en Cisjordanie. En hommage à ce poète universel, symbole d'un monde arabe ouvert aux autres et au monde, bien loin de certains préjugés occidentaux, Mediapart publie cinq de ses poèmes, tous inédits en français. Nous devons cette exclusivité à Elias Sanbar, son traducteur de toujours, et aux éditions Actes Sud où ces poèmes seront publiés dans un prochain recueil.