Etats-Unis: offensive contre les hacktivistes

Face au séisme provoqué par les révélations sur le système d'espionnage PRISM, les autorités américaines accentuent la pression sur ceux qui aident les « whistleblowers ». La semaine dernière, deux services d'emails chiffrés ont fermé afin de ne pas être contraints, par la justice, à collaborer avec le gouvernement.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Les autorités américaines ont-elles déclaré la guerre aux hacktivistes ? Une chose est sûre, les relations entre le gouvernement et la communauté des hackers, whistleblowers et autres militants du net, ont rarement été si tendues. Depuis les révélations de l’ex-employé de la NSA Edward Snowden sur le système d’écoutes PRISM, les différents services américains multiplient les actes d’agressions. Visiblement, les États-Unis semblent décidés à s’attaquer à ces whistleblowers et à ceux qui, sur les réseaux, leur permettent de s’exprimer.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal