La question migratoire met à mal la sempiternelle stabilité politique de la Bavière

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sur les routes de Haute-Franconie (Allemagne), de notre envoyé spécial.- La journée du 3 octobre a un écho particulier à Mödlareuth, hameau de quarante habitants perdu dans les collines boisées de Franconie, à cheval entre la Bavière et la Thuringe (voir notre carte sous l’onglet Boîte noire). Pendant vingt-quatre années, de 1966 à 1990, « Petit Berlin » – c’est son surnom – fut scindé en deux par un mur de béton de 700 mètres de long et 3,30 mètres de haut. D’un côté du ruisseau Tannbach qui coule à travers le village, c’était la RFA ; de l’autre, la RDA. Consacré « jour de l’Unité allemande », le 3 octobre, qui est férié outre-Rhin, voit traditionnellement affluer à Mödlareuth des centaines de curieux, venus découvrir un morceau d’histoire encore bien vivante.