En Tunisie, les agressions contre les artistes se multiplient

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Ils n’ont pas réussi à m’avoir ; ils ont incendié ma voiture. Mais ce n’est pas la première fois. À chaque manifestation culturelle, je reçois des menaces. » Amir Gueddiche a 34 ans. Il vit entre la France, où il étudie, et la Tunisie où il prépare le tournage de plusieurs documentaires. Connu de la scène culturelle du Kef, au nord-ouest de Tunis, il a été menacé la semaine dernière « par une bande de salafistes » dans un pays où la police multiplie parallèlement les arrestations d’artistes.