En faillite, la Grèce ne croit plus aux miracles

Par
En pleine tourmente financière, la Grèce est accusée de menacer toute la zone euro. Elle doit encaisser les réprimandes d'une Union européenne qui tarde à l'aider à sortir d'une faillite annoncée. Pour le tout nouveau premier ministre grec, déjà confronté à des émeutes début décembre, l'avenir paraît sombre. Mais comment le pays en est-il arrivé à cette nouvelle crise ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Elu en septembre, le premier ministre grec George Papandreou n'aura pas eu beaucoup de temps pour fêter sa victoire et celle du retour des socialistes à la tête de la République hellénique. Reconnaissant sa défaite, l'ex-premier ministre Costas Caramanlis lui avait souhaité bonne chance. Sans doute ne l'a-t-il pas dit assez fort... En quelques semaines, George Papandreou a dû faire face à des émeutes en plein centre-ville, à des attaques contre des intellectuels, et à ce qui s'apparente à une «banqueroute» de l'Etat, selon ses termes, effondrement financier qui menace toute la zone euro.