Comment les footballeurs mineurs sont tombés aux mains de mercenaires

Par Michael Hajdenberg, Michel Henry, Yann Philippin

Les jeunes joueurs constituent une mine d'or potentielle pour les agents, qui se jettent sur eux, dans le monde entier. Des règles existent: un intermédiaire n'est pas censé pouvoir gagner d'argent en travaillant pour un adolescent. Mais elles ne sont pas respectées. La FIFA navigue entre impuissance et ignorance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tous les enfants du monde jouent au football. Mais le monde du football se joue des enfants. La FIFA a beau avoir édicté des règles destinées à les protéger depuis 2001, les clubs et les agents les foulent au pied, comme le montrent les documents Football Leaks transmis au consortium de journalistes d’investigation EIC et analysés par Mediapart. Porto, Arsenal et bien d’autres n’ont aucun scrupule à spéculer en Europe, en Amérique du Sud ou en Afrique : les mineurs sont perçus comme une mine d’or. Et tant pis pour ceux qui resteront aux portes de la carrière.