En Algérie, la police a eu raison des manifestants

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des milliers de manifestants se sont réunis à Alger ainsi que dans d'autres villes algériennes, samedi 12 février, pour manifester contre le pouvoir algérien à l'appel de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD). La manifestation avait été interdite par le régime et, depuis plusieurs jours, un impressionnant dispositif policier avait été installé de façon à dissuader les manifestants. Le CNCD, qui rassemble des partis d'opposition, des représentants de la société civile et des syndicats non officiels, avait cependant maintenu la manifestation, dite «Marche du 12 février».