L'«exécution» du juge Garzon fracture l'Espagne

Par

L'intense polémique provoquée par la condamnation et la mise à la retraite de fait du juge Baltasar Garzon continue d'enfler en Espagne. Car la décision du tribunal suprême revient à mettre hors d'état de nuire celui qui voulait enquêter sur le passé franquiste du pays. Malgré la loi mémorielle de 2007, l'Espagne est loin d'en avoir fini avec la douloureuse gestion des mémoires franquistes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'intense polémique provoquée par la mise à la retraite anticipée du juge star Baltasar Garzon continue d'enfler en Espagne. Des manifestations de soutien se sont déroulées en fin de semaine à Madrid et dans d'autres villes du pays, sous le slogan «Honte et justice». Lors d'un acte public samedi à Madrid, des juristes ont pris la défense de celui qui s'était rendu célèbre dans le monde entier, en lançant un mandat d'arrestation, en 1998, contre Augusto Pinochet.