En Roumanie, «le combat doit continuer»

Par

Pour le douzième jour consécutif, plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi soir dans les grandes villes de Roumanie en vue de s'opposer à la volonté du gouvernement de ralentir la lutte contre la corruption. Rencontre avec la procureure en chef du Département national anticorruption.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Département national anticorruption a été fondé en 2003, juste avant que la Roumanie ne rejoigne l'Union européenne. Cette institution a été à la pointe d'une vaste lutte contre la corruption, sans précédent en Europe, depuis bientôt une quinzaine d'années. Laura Codruţa Kovesi en est la procureure en chef ; elle est devenue l'incarnation des efforts roumains pour combattre ce fléau, alors que le gouvernement issu des élections de décembre voulait précisément alléger la législation visant à punir les politiciens coupables de corruption.