Le petit prince aux 65 victimes

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un tir claque. Les chiens pouilleux aboient. Il court. Il ne sait même pas ce qu’il a fait. C’est la première fois qu’il se sert d’une arme. Il ne sait pas s’il l’a touché. Il n’a tiré qu’une fois. Il court dans le dédale nocturne des ruelles de sa favela. Il s’arrête, reprend son souffle. La panique l’envahit, remonte. Des picotements lui chauffent les tripes. Et s’il l’avait loupé ?